LE FIL

Empreinte environnementale

Réflexions sur un label "bas carbone" pour la filière vin

Lundi 14 septembre 2020 par Alexandre Abellan

En matière de réduction de bilan carbone, « il y a déjà des initiatives en région » souligne Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, comme l’allégement des bouteilles d’AOC Champagne.
En matière de réduction de bilan carbone, « il y a déjà des initiatives en région » souligne Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, comme l’allégement des bouteilles d’AOC Champagne. - crédit photo : Vin et Société
Répondant à une orientation gouvernementale, une nouvelle certification pourrait naître afin de compléter l’étiquetage des pratiques durables des producteurs et négociants de vin.

Piloté par l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), un groupe de travail national se lance pour répondre aux demandes d’expérimentation d’affichage environnemental de l’Agence de la Transition Ecologique (ADEME). « En termes de démarches respectueuses de l’environnement, la filière vin avance beaucoup en travaillant notamment sur la certification Haute Valeur (HVE), mais il y a un trou dans la raquette en matière bilan carbone. Il n’existe pas de label "bas carbone", alors que l’on voit une attente naître sur les marchés export » résume Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, le directeur général de l’IFV.

S’inscrivant dans le cadre de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire et des conclusions de la Convention Citoyenne, ces réflexions pourront s’appuyer sur l’ouverture d’un « appel à candidatures pour l’expérimentation de l’affichage environnemental des produits alimentaires [pour donner] accès à une information environnementale fiable et lisible ».

"Identifier rapidement les produits les plus responsables"

Dans un communiqué, Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, souligne qu’« il y a aujourd’hui une vraie demande citoyenne en faveur d’une information environnementale sur les produits alimentaires […] et je veux y répondre concrètement avec la mise en place d’un affichage environnemental, qui permettra à chaque consommateur d’identifier rapidement les produits les plus responsables. »

Le groupe de travail de l’IFV se lançant, les réflexions restent encore balbutiantes. Aucun calendrier ne peut être avancé, alors que les défis de la crise du coronavirus dominent l’agenda syndical. Parmi les premières interrogations suscitées par cette idée d’un label bas-carbone, se trouve l’enjeu de ne pas surcharger de logos les étiquettes, déjà bien occupées par des mentions légales et désormais parsemées de certifications (bio, HVE, Terra Vitis, Vignerons Engagés…). D’autant plus qu’à échéance 2030 les signes de qualité auront l’obligation d’intégrer une certification environnementale. D’où l’intérêt d’une expérimentation pour vérifier la pertinence de cette nouvelle démarche.


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé