LE FIL

Grands crus

Jean-Marie Aurand préside le classement de Saint-Émilion 2022

Mercredi 22 juillet 2020 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 24/07/2020 11:10:46

Malgré le confinement et la pandémie de coronavirus, le calendrier administratif pour le classement de Saint-Émilion est respecté.
Malgré le confinement et la pandémie de coronavirus, le calendrier administratif pour le classement de Saint-Émilion est respecté. - crédit photo : Alexandre Abellan (archives 2017)
Rompu à la diplomatie internationale, l’ancien directeur de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin prend en charge la commission de l’INAO, qui va devoir utiliser tout son doigté pour faire aboutir sereinement la procédure de classement.

Des grands crus à classer et à ne pas clasher davantage, c’est le mandat confié à Jean-Marie Aurand avec la présidence de la commission du classement Saint-Émilion. Nommé ce 17 juin par le comité national des appellations d'origine viticoles de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO), le haut-fonctionnaire ne souhaite pas commenter sa nomination. Il faut reconnaître que le sujet est particulièrement sensible sur la rive droite de Bordeaux, cette réouverture décennale faisant face à de nombreux défis (cliquer ici pour en savoir plus).

Définie par le règlement publié ce 16 mai au Journal Officiel, la commission de classement des crus classés de l'appellation Saint-Émilion grand cru réunit sept membres « choisis en fonction de leur compétence, sont soit des membres du comité national, soit des personnalités extérieures à ce comité » (ce qui est le cas de Jean-Marie Aurand) et doit « organiser les travaux liés au classement [afin] de proposer [d’ici un an] la liste des "grands crus classés" et des "premiers grands crus classés" en vue de son approbation ». Externalisé, le suivi du classement de 2022 se déroule en dehors du Conseil des Vins de Saint-Émilion.

Dans les pas de Robert Tinlot

Avec un profil d’expert de la filière viticole française et de diplomate international, Jean-Marie Aurand n’est pas sans rappeler le parcours du président de la précédente commission de classement, celle de 2012, le défunt Robert Tinlot*. Ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts, Jean-Marie Aurand a dirigé de 2014 à 2018 l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV), après avoir occupé une succession de postes à responsabilités au Ministère de l'Agriculture (négociant la politique agricole commune, étant tutelle de l’INAO et l’ONIVINS, participant à la réforme de l’Organisation Commune du Marché Vitivinicole, l’OCM vin…). Originaire de Lozère, Jean-Marie Aurand avait pris à son départ de l’OIV la direction par intérim de l’Office National des Forêts (ONF).

Disparu en 2017, Robert Tinlot avait également œuvré au sein des services vins du ministère de l’Agriculture, puis de la répression des Fraudes, avant de diriger l’OIV (1985-1996). Bourguignon, le juriste a présidé la chaire Unesco Culture et Tradition du Vin de l’Université de Bourgogne. Ainsi que l’Académie Amorim, présidence que Jean-Marie Aurand a d’ailleurs prise en 2018, les inscrivant dans une certaine forme de passage de relais.

 

* : Les six autres personnalités étaient « messieurs Bronzo, Faure-Brac, Vinet, Brugnon, Drouhin et Guigal ». Sont nommés pour la commission de classement « Jean-Marie Aurand, Philippe Brisebarre, Michel Bronzom, Philippe Costem, Yves Dietrich, François-Régis de Fougeroux et Cyril Payon ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé