Accueil / Commerce/Gestion / Retour sur Vinexpo New York, l'ultime salon avant la pause coronavirus

Quel bilan ?
Retour sur Vinexpo New York, l'ultime salon avant la pause coronavirus

Les 2 et 3 mars, les Etats-Unis ont accueilli la 3ème édition du salon Vinexpo New York. Conçu pour le marché nord-américain il a trouvé son public en dépit de la menace du coronavirus. Les taxes restent au coeur des préoccupations.
Par Isabelle Bachelard Le 16 mars 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Retour sur Vinexpo New York, l'ultime salon avant la pause coronavirus
Vinexpo New York a accueilli 2 200 visiteurs professionnels, en repli par rapport à l’an dernier (3 000 pour 400 exposants). - crédit photo : Isabelle Bachelard
V

enir ou pas à New York pour Vinexpo ? Pour la plupart des exposants, la question ne se posait même pas car à la date où les taxes de 25% sont entrées en vigueur à l’importation, le 18 octobre, les frais étaient engagés. De plus « quand c’est difficile, il faut plus que jamais être sur place » déclare Armelle Cruse, vice président de l’Alliance des Crus Bourgeois, qui lançait avec une master-classe à guichet-fermé le tout nouveau classement de ses 249 crus.

La France en bonne place

Lors de la dernière édition à Hong Kong, des exposants français s’étaient plaints de leur mauvais emplacement. Cette fois-ci, ils étaient contents, regroupés sous la bannière "Made in France with love » par Business France dès l’entrée du salon, avec 45 stands. Côté taxe, la situation est préoccupante, d’autant plus que le dernier millésime, souvent moins alcoolisé que 2017 ou 2018, repassera sous la barre et sera plus généralement taxé. Chez le bordelais Yvon Mau, propriété de Freixenet, « on veut maintenir nos créneaux, donc on perd de l’argent sur nos vins les plus légers, soit un quart ». Au domaine Turpin de Menetou Salon, nouveau venu à New York, on va « ajuster les prix ». Les efforts sont plus facilement « partagés » lorsque la majorité des vins échappent à la taxe, comme chez les Cattin, bien implantés en crémant d’Alsace, gewurztraminers et pinots gris ou chez Gabriel Meffre dans le Rhône. Mais pour Guillaume Girard en Muscadet « la marge est faible, je ne peux pas la réduire ».

Sur mesure pour l’Amérique du Nord

Conçu spécifiquement pour le marché nord-américain, Vinexpo New York n’est pas à la même échelle que Bordeaux, Hong Kong ou Paris. Le salon occupe un hall de dimension modeste, les stands sont petits, il n’est pas question d’image mais de business. Il faut être présent : non seulement on doit disposer de plusieurs importateurs pour couvrir plus de deux ou trois états, mais il est indispensable de faire déguster de nouveaux millésimes, de montrer des habillages et surtout d’entretenir des relations avec les distributeurs, ou d’en créer avec les détaillants, cavistes et restaurateurs qui assurent vraiment la dynamique des ventes. Si le commerce est encore principalement régi par le système des « 3 tiers » importateur-distributeur-détaillant (caviste/restaurateur), les alternatives se multiplient. Plusieurs stands étaient occupés par des polyvalents, des prestataires de service à l’importation ou des importateurs-distributeurs à la recherche de nouveaux produits. MHW, le partenaire de Vinexpo qui en gère tous les échantillons, sait assurer une importation « simplifiée » pour un exposant qui vient de trouver un client intéressé. 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé