LE FIL

Emballage

Trois pistes pour booster les bag-in-box

Vendredi 06 décembre 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

L'offre bib en France propose très majoritairement des vins nationaux avec 92.6% des références.
L'offre bib en France propose très majoritairement des vins nationaux avec 92.6% des références. - crédit photo : DR
Alors que le développement des vins en bib marque le pas depuis quelques années, une étude commanditée par FranceAgriMer suggère plusieurs pistes pour retrouver un trend de croissance.

1 Travailler l’image
Selon l’étude de FranceAgriMer réalisée par le cabinet d’études Agrex Consulting et le cabinet Gressard Consultants, le Bag-in-Box (Bib) est perçu comme un produit d’entrée de gamme. Non seulement par les consommateurs mais par les chefs de rayon eux-mêmes. 83 % des professionnels ne mettent pas en avant cet emballage dans leur rayon. La raison ? Ils sont 2/3 à considérer que les qualités organoleptiques des bib sont en deçà des vins vendus en bouteille. Cette méconnaissance des propriétés de conservation des vins par les Bib est doublée d’une quasi ignorance de ces avantages environnementaux en matière de recyclage. Pour les chefs de rayon de la grande distribution (qui commercialise 80% de l’offre bib), le seul avantage des Bib, c’est le prix. Ce qui se traduit par un prix psychologique à 15 euros pour le format 3 L. La multiplication d’une offre plus attractive en termes de qualité, voire un élargissement des gammes avec des produits bio, pourraient permettre de changer l’image de ce conditionnement. Or, jusqu’en 2015, c’est tout l’inverse qui se produit. Si jusqu’à cette date, les IGP trustaient la dynamique de marché, ils sont peu à peu remplacés par les vins sans IG pour maintenir ou optimiser la marge. 

2 Petits formats, cible jeune, export
Il n’est pas de mystère sur le fait que la consommation de vin devient de plus en plus occasionnelle. Et l’argument de vente correspondant à une durée de conservation longue tend à s’affaiblir face à l’espace nécessaire pour stocker un bib ainsi que son poids qui peut freiner l’achat. De nouveaux formats plus petits semblent séduire car ils répondent aux besoins de praticité et de stockage des consommateurs. Ils offrent également l’opportunité de maintenir voire d’optimiser la marge. C’est ainsi que l’offre en 1.5 L, soit l’équivalent d’un magnum, se développe et permet de diversifier le marché. La diversification doit se traduire également dans les cibles de marché, préconise également l’étude FranceAgriMer. « Les jeunes sont plus ouverts à ce type de contenant » souligne-t-elle. Autre piste : celle du e-commerce dont les ventes sont en plein développement. Aujourd’hui, l’offre Bib y est quasiment inexistante. « Le e-commerce pourrait également changer la donne en matière de répartition des marges entre l’amont et l’aval, permettant la mise en place de circuits courts » pose l’étude. Enfin, la dernière voie à explorer est celle de l’export. Seulement 420 000 hl de vins conditionnés en bib franchissaient les frontières hexagonales en 2017 en direction, principalement, du Nord de l’Europe. Les marchés scandinaves ont en effet adopté largement le bib, séduits par son atout environnemental dans des pays où la culture écologique est prégnante.

3 Séduire les cavistes 
Est-ce par manque de place que les cavistes restent encore frileux à proposer du vin en bib ? Ou est-ce un problème d’image ? Selon l’étude, le Bag-in-Box (Bib) est encore sous-représenté chez les cavistes. Proposant des vins presque exclusivement français sous ce format d’emballages, les cavistes ne commercialisent que 5 % de la totalité de l’offre française. Ils ont une offre qui tranche avec les autres circuits de distribution avec 50 % de l’offre en format de 5 l. En grande distribution et Hard Discount, c’est le format 3 l qui est privilégié. Cette différence s’explique par le fait que les cavistes approvisionnent souvent la restauration acheteuse de grand format. La timidité des cavistes vis-à-vis du bib s’explique dans doute par son image… De quoi se référer au point 1 de cet article…



Pour lire la synthèse de l’étude, c’est par ici.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé