LE FIL

Matériel neuf

2019, excellent millésime pour l'agroéquipement viticole

Mercredi 30 octobre 2019 par Vincent Gobert

Présentation de la gamme New Holland Braud devant l'usine de Coex
Présentation de la gamme New Holland Braud devant l'usine de Coex - crédit photo : Vincent Gobert
Selon le syndicat des constructeurs Axema, les données d’immatriculations à la fin août témoignent d’une très bonne forme du secteur des agroéquipements viticoles.

Des chiffres qui détonnent dans l’univers des agroéquipements. Après la « croissance insolente » du marché des agroéquipements neufs, toutes filières confondues, exposée ce 17 octobre, Axema précise qu’il enregistre un rebond de +10 % d’immatriculations de tracteurs vignes et vergers entre le 1er janvier et le 31 août 2019. Idem du côté des enjambeurs. Alors que les ventes étaient assez stables de 2015 à 2018, Axema enregistre une hausse des immatriculations de +19 % sur les huit premiers mois de l’année.

Mais le chiffre le plus spectaculaire revient aux machines à vendanger. Après un recul de plus de 20 % entre 2016 et 2018, les immatriculations repartent en forte hause : +50 % sur les huit premiers mois de l’année. Même constat pour les pulvérisateurs spécialisés pour vignes et vergers, qui se relèvent après trois années consécutives de baisse. 192 immatriculations de machines traînées et d’automoteurs ont été enregistrées sur les huit premiers mois de 2019.

Bonne conjoncture

Comment expliquer cette forme olympique ? « C’est complètement lié à la conjoncture » analyse David Targy, le responsable du pôle économique d’Axema. « Il y a eu ces dernières années des récoltes moyennes, des difficultés en 2017, les ventes en ont pâti. Le rebond est donc fort, car les investissements étaient mis entre parenthèses. Finalement, le marché des agroéquipements viticoles varie surtout autour de cet axe économique des récoltes ».

Puisque la dépendance aux bonnes ou aux mauvaises années est forte, à quoi doit-on s’attendre pour 2020 ? « La récolte 2019 est de qualité mais les volumes plongent de 14 % », analyse David Targy. « Il n’est pas certain qu’il y ait un effet prix de rattrapage. On va peut-être donc vers une année compliquée. Mais nos membres restent confiants ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé