LE FIL

Le prestige

Marc Almert, meilleur sommelier du monde 2019

Vendredi 15 mars 2019 par Alexandre Abellan

Bilingue allemand-anglais, Marc Almert a de solides bases en français.Bilingue allemand-anglais, Marc Almert a de solides bases en français. - crédit photo : ASI
Changeant une vie, le titre le plus prestigieux, et convoité, de la sommellerie internationale vient d’être remporté par un sommelier allemand. Ce qui ne pouvait mieux tomber pour le salon ProWein.

« C’est un rêve qui est arrivé à sa fin sans que je me sois réveillé » se réjouit le jeune sommelier allemand Marc Almert, 28 ans, apprenant sa victoire du titre de meilleur sommelier du monde 2019, ce 15 mars au Queen Elisabeth Hall d’Anvers. Sommelier au Baur au Lac de Zürich, ce natif de Cologne a fait la différence lors d’une série de huit épreuves de haute volée (cliquez ici pour en revivre les moments marquants).

Rires du public

Ayant regretté sa prestation sur la dégustation à l'aveugle de dix spiritueux, Marc Almert a conquis le prix du public lors de l'épreuve de la décantation et le service d’une bouteille de Vega Sicilia Único Reserva Especial. « Honnêtement, je n’ai jamais goûté ce vin. Merci messieurs pour avoir commandé cette adorable bouteille » glisse Marc Almert au jury, sous les rires de l'audience. S'enchaînant rapidement, les épreuves courtes et variées se sont rapidement enchaînées, demandant une concentration et une maîtrise hors du commun. Marc Almert donnant l'impression de pouvoir raconter l'histoire d'un vin tout juste évoqué par un membre du jury, de proposer des accords mets et vins en ayant à peine reniflé et goûter un verre.

"Je vais d'abord boire du Champagne"

Si le meilleur sommelier du monde 2019 ne sait pas encore quel tournant ce titre donnera à sa carrière (« je vais d'abord boire beaucoup de Champagne dans les prochaines semaines » glisse-t-il dans un sourire), on peut supposer qu'il sera un invité de choix du prochain salon ProWein, qui se tient du 17 au 19 mars prochains à Düsseldorf. Se présentant pour la première fois au concours du meilleur sommelier au monde, il a précédemment remporté le trophée de meilleur sommelier d’Allemagne en 2017, le prix Gagenau International en 2016, la coupe des vins sud africains en 2016… Il suit l'enseignement de la Court of Master Sommeliers (il a le niveau avancé depuis 2016).

Lancé en 1969 à Bruxelles, le Concours du Meilleur Sommelier du Monde fêtait ses 50 ans à Anvers (voir encadré). Malgré quatre candidats de nationalité française parmi les dix-neuf demi-finalistes, aucun n’est allé en finale. Candidat de la France pour la quatrième fois consécutive, David Biraud a été éliminé, comme Loïc Avril (concourant pour l’Australie), Antoine Lehebel (Belgique) et Julie Dupouy (Irlande). En finale, Marc Almert faisait face à la sommelière danoise Nina Hjgaard Jensen (arrivée deuxième) et au sommelier letton Raimond Tomsons (arrivé troisième).

Édition anniversaire à Anvers… et pas Bordeaux

Créé en 1969 à Bruxelles, le Concours du Meilleur Sommelier du Monde 2019 a choisi de revenir en Belgique en 2016, à la déception de Bordeaux, dont la candidature était adossée au salon Vinexpo et portée par l’Union de la Sommellerie Française (UDSF). Dans un billet acerbe, le sommelier Michel Hermet, qui présidait alors l’UDSF, avait jugé que la candidature française était victime « de virulentes attaques contre Vinexpo, coupable de n'avoir pas accueilli les présidents de pays dans des conditions optimales ». Ce qui aboutit sur la victoire d’un « programme construit par rapport à Prowein […]. On atteint le summum d'une irrespectueuse galéjade à l'égard de Vinexpo, partenaire qui attribue pourtant 20 000 € par an à l’ASI. » Au final, le concours du meilleur sommelier du monde se trouve bien amont du salon ProWein voisin, qui ouvre ses portes ce dimanche 17 mars à Düsseldorf.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé