LE FIL

Export

Quels sont les futurs marchés des vins bios ?

Mardi 29 janvier 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Torsten Hartmann, IWSR : 'les Etats-Unis sont un pays en croissance où les consommateurs sont prêts à accepter des hausses de prix'.
Torsten Hartmann, IWSR : 'les Etats-Unis sont un pays en croissance où les consommateurs sont prêts à accepter des hausses de prix'. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Lors de Millésime Bio, l’IWSR a présenté son étude prospective sur le développement du marché des vins bios dans le monde. L’Institut préconise de viser deux marchés.

Le marché des vins tranquilles ne devrait progresser que de 0,5% dans les 5 ans à venir, prévoit l’IWSR. Mais cette mollesse du marché ne concerne pas les vins bios. La consommation mondiale de vin pourrait passer de 56,3 millions de caisses consommées en 2017 à 87,5 millions de caisses consommées en 2022 (pour un marché des vins tranquilles attendus à 2426 millions de caisses). Tel est le pronostic de l’IWSR dans le cadre de son étude réalisée pour Sudvinbio sur l’évolution de la consommation de vin bio à 5 ans. Si aujourd’hui quatre pays concentrent 66 % de la consommation mondiale en volume (Allemagne, France, Suède et Grande-Bretagne), quels sont ceux sur lesquels parier ?

Une progression de 14,5 % aux USA

Les Etats-Unis apparaissent comme le marché qui sera le plus porteur à l’avenir avec un taux de croissance de la consommation à 14,3% pour atteindre les 8,7 millions de caisses. Le chiffre d’affaires global des vins bios pourrait croître 8,7 milliards d’euros en 2022, estime l’IWSR. « C’est un marché en progression sur les vins tranquilles avec des consommateurs toujours prêts à accepter de payer plus chers » a estimé Torsten Hartmann, lors d’une conférence tenue le 29 janvier sur Millésime Bio. Ce dernier indique que les consommateurs de vins bio y sont surtout des millenials et des femmes et vivent surtout dans les grandes villes. « Il faut donc cibler les grandes métropoles telles que Los Angeles, Chicago ou New York » a précisé Torsten Hartmann. Le marché des vins bios y est encore très faible, soit 4,5 millions de caisses consommées en 2017. Il est trusté par les vins américains qui fournissent 72 % du marché, contre 12 % pour les vins italiens et 6 % pour les vins français. « Si les vins américains vont être moteurs de la croissance de la consommation, il y a cependant de nombreuses opportunités pour les vins étrangers » a estimé Torsten Hartmann.

Un second marché attire l’attention des analystes de l’IWSR : la Grande-Bretagne. Le marché représente environ 5,7 millions de caisses en 2017 et devrait atteindre les 9 millions de caisses en 2022. « Globalement, le marché des vins tranquilles y est en retrait mais les vins biologiques grignotent des parts de marché des vins conventionnels. Depuis 2012, la consommation des vins bios a doublé et cette croissance n’est pas prête à s’arrêter malgré le Brexit » estime Torsten Hartmann. La facilité d’accès de ce marché pour les vins bios hexagonaux (tant sur le plan géographique que réglementaire avec la reconnaissance de la certification bio européenne) devrait pousser les producteurs français à y investir davantage, estime l’analyste. A méditer.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé