LE FIL

Machines à vendanger

Ero nargue ses concurrents

Lundi 30 juillet 2018 par Lucie Marné
Article mis à jour le 13/09/2018 10:06:47

La série 5000 sera disponible à partir de 160 000€ sans option tandis que la série 7000; haut de gamme; affichera un prix aux alentours de 300 000€ toutes options.La série 5000 sera disponible à partir de 160 000€ sans option tandis que la série 7000; haut de gamme; affichera un prix aux alentours de 300 000€ toutes options. - crédit photo : Lucie Marné
Présentées le 27 juillet dernier, lors de l'inauguration de la nouvelle usine Ero, les deux nouvelles machines à vendanger 5000 et 7000 doivent permettre de segmenter l'offre du constructeur allemand jusqu'alors présent sur un segment très haut de gamme.

« Désormais, nous allons nous attaquer aux marchés français et italien pour titiller un peu nos concurrents », pose Thomas Junck ; commercial Ero ; devant une quinzaine de revendeurs venus de toute la France pour découvrir la nouvelle usine flambant neuve du constructeur allemand de machines à vendanger. Et la stratégie est on ne peut plus claire : « Nous sortons la série 5000 qui sera notre produit d’appel à partir de 160 000 € hors option, l’objectif étant à terme de pouvoir placer notre produit haut de gamme ; la série 7000 qui tournera plutôt autours de 300 000€ toutes options.»

Principale différence de ces deux modèles de vendangeuses : la puissance du moteur Deutz d’une capacité de 6 cylindres. La série 5000 sera proposée pour des puissances de 155 ch et 175 ch, la 7000 sera disponible pour des puissances de 175 ch et 200 ch. « Ces différences de puissances jouent sur la vitesse homologuée sur route : la 5000 ne pourra rouler que jusqu’à 25km/h, comme c’est le cas des modèles proposés par nos concurrents. En revanche, la 7000 est homologuée pour atteindre les 40 km/h», se félicite Thomas Junck.

Jeu des différences

Extérieurement, pour marquer la différence entre les deux nouvelles séries, Ero a travaillé sur le design et les finitions. L’ensemble des carénages des modèles 7000 sont montés sur charnières tandis que sur les 5000, ils sont fixés par de simples vis sauf pour le capot. Les éléments de fonctionnement du 7000 sont donc plus facilement accessibles comme le système de refroidissement par exemple. 

"Tout se joue sur les options"

Pour poursuivre le jeu des différences entre les 7000 et 5000, tout est question d’options : « Finalement, la 7000 disposent de série de la plupart des options qui seront proposées pour la série 5000 », explique Thomas Junck. Ainsi, les machines à vendanger Ero 7000 disposeront d’un système de graissage automatique centralisé qui sera proposé en option pour les 5000. Au niveau de la cabine, le siège pneumatique prévu sur le modèle haut de gamme se règle automatiquement selon le poids du chauffeur. Au niveau des finitions intérieures, la cabine de la 7000 disposera d’un revêtement en simili cuire. « Ça peut paraitre gadget, mais en Allemagne, lorsque les prestataires recrutent, les tractoristes sont sensibles à leur qualité de travail », souligne Thomas Junck.

Et comme le rappelle avec humour le commercial : « Lorsque les viticulteurs auront goûté aux options proposées sur la 5000 et qu’ils voudront aller plus loin, on leur proposera le modèle 7000. »

Les vendanges 2018 seront l’occasion de présenter ces deux nouvelles séries qui seront commercialisés dès 2019.

 

Retrouver plus d'informations dans le prochain numéro de septembre de La Vigne.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé