LE FIL

La fin de Vinisud à Montpellier ?

La fake news de l'édition 2018

Mardi 20 février 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Vinisud 2018 a accueilli 1450 exposants. Le nombre de visiteurs n'est pas encore connu.Vinisud 2018 a accueilli 1450 exposants. Le nombre de visiteurs n'est pas encore connu. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
C’est certainement la fake news qui a le plus circulé durant Vinisud 2018 : ce serait la dernière édition à Montpellier. Une rumeur fausse, assurent les organisateurs.

« C’est la dernière édition à Montpellier ». Certains ont pu entendre dans les allées de Vinisud cette rumeur persistante. Elle est fausse indique Comexposium organisateur de Vinisud. « Nous avons réservé le Parc des expositions de Montpellier pour 2020. C’est signé !» martèle Pascale Ferranti, directrice de Vinisud. Une affirmation qui fait écho aux déclarations de Fabrice Rieu durant l’inauguration le 18 février. « Nous serons bien là à Montpellier en 2018 ! » avait-il lancé. Vinisud sera donc de retour dans deux ans à Montpellier, de quoi satisfaire les partisans du rythme bi-annuel de Vinisud.

A Paris en 2019

La rumeur est peut-être née du fait que le salon migre à Paris du salon l’an prochain, ce qui crée une certaine confusion. Vinisud se tiendra en même temps que le salon Vinovision, créé l’an dernier, et qui rassemble les vins français septentrionaux (Loire, Champagne, Bourgogne, Alsace et Beaujolais). Les deux salons se dérouleront Porte de Versailles du 10 au 12 février. L’ouverture se fera donc un dimanche. « Chacun se déroulera dans un hall différent, le 4 et le 7, et auront deux identités différentes » précise Pascale Ferranti. L’idée de développer une entrée résolument orientée acheteur en portant les « cool wine et les warm wine », deux styles de produit complémentaires. Vinovision et Vinisud souhaitent bâtir deux images identitaires des deux offres françaises de vin. « Et arrêter les guerres de clochers pour se focaliser sur un seul et même objectif : gagner des parts de marché à l’export ! » indique Pascale Ferranti.

L’évènement 2019 sera positionné, en effet, principalement sur le marché export. « Le CHR parisien et grossiste seront aussi présents mais, notre cible est véritablement internationale. Il s’agit d’exposer l’offre française dans son ensemble » explique Pascale Ferranti, qui précise que l’offre bordelaise sera présente ainsi que celle étrangère (Italie, Espagne, Portugal, principalement). D'après Comexposium, cette initiative plaît aux acheteurs pour la facilité d'accès. "Paris est à deux heures d'avion des principales capitales européennes" rapppelle Pascale Ferranti. Cette orientation export sera renforcée par l’organisation du World wine meeting global Paris qui se tiendra du 6 au 9 février à l’hôtel Le collectionneur. Environ 150 acheteurs, triés pour leur volume d’achat (au minimum 150 000 cols par an) seront invités pour des rendez-vous B to B. De quoi participer à une Wine Week française où chaque région aura sa place. Car, rappelle Pascale Ferranti, cette Wine week « est voulue par les interprofessions françaises pour mettre en avant l’offre française ».  De quoi donner une nouvelle orientation à la stratégie des salons B to B internationaux.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé