LE FIL

Exposition pro aux phytos

Contre la MSA, Marie-Lys Bibeyran se pourvoit en cassation

Lundi 09 octobre 2017 par Alexandre Abellan

Après une saint Valentin pluvieuse à Bordeaux en 2016, les militants anti-phytos ont profité du soleil de la sainte Pélagie cette année.Après une saint Valentin pluvieuse à Bordeaux en 2016, les militants anti-phytos ont profité du soleil de la sainte Pélagie cette année. - crédit photo : Collectif Info Médoc Pesticides
Ayant mobilisé 300 marcheurs dans les vignes médocaines, la militante anti-pesticide annonce poursuivre ses actions en justice pour faire reconnaître comme maladie professionnelle le cancer mortel de son frère.

« Alors que les décisions de justice vont à l’encontre des victimes, mon pourvoi en cassation st formé » annonce Marie-Lys Bibeyran, la fondatrice du Collectif Info Médoc Pesticides, qui vient de perdre son appel contre la Mutualité Sociale Agricole, afin de faire reconnaître comme maladie professionnelle le cancer mortel de son frère (le vigneron Denis Bibeyran). Pour financer cette coûteuse action en justice, l’ouvrière viticole compte lancer une opération de crowdfunding, et pourra compter sur le relais des 300 marcheurs qui se sont joints à elle ce 8 octobre devant la cave coopérative de Listrac-Médoc.

Ayant coupé la route départementale, cette deuxième marche blanche girondine contre les pesticides a réuni des activistes écologistes, des parents d’élèves, des riverains, des ouvriers viticoles, des médecins, des syndicalistes… Et de nombreux médias, venus récolter des slogans allant de « pas de phytos pour nos marmots » à « des profits pour l’agrochimie, des maladies pour bibi ».
« La question des maladies professionnelles mobilise de plus en plus toutes les strates. De nouveaux collectifs se forment, des décisions de justice aux motifs aussi surprenants ne nous ferons pas taire » martèle Valérie Murat (Alerte aux Toxiques), qui milite pour la mise en place de plans de traitements sans CMR et un élargissement des tableaux de reconnaissance des maladies professionnelles à de nouvelles pathologies.

"Pourquoi pas la Cour de Justice Européenne"

Réponse directe des collectifs anti-phytos à un ensemble de décisions de justice allant à leur encontre, cette manifestation montre autant l’organisation croissante du mouvement anti-phyto que sa capacité de mobilisation. « Ce n’est plus une personne dans son coin qui manifeste, ce sont des dizaines d’associations locales qui se forment » analyse Marie-Lys Bibeyran. Si elle entame sa sixième année de procédures, l’ouvrière viticole confirme qu’elle ira jusqu’au bout. Quitte à envisager de se présenter devant la Cour de Justice de l’Union Européenne si son action en cassation n’aboutissait pas. Les slogans « justice pour les victimes » n’ont pas cessé de résonner dans le vignoble girondin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé