LE FIL

Bordeaux

La cave coopérative Univitis adhère au projet InVivo

Vendredi 04 novembre 2016 par Alexandre Abellan

Sous une même bannière, l'union coopérative réunit quatre sites de vinification, trois boutiques de vente aux particuliers et deux domaines viticoles... Et désormais une adhésion à InVivo.
Sous une même bannière, l'union coopérative réunit quatre sites de vinification, trois boutiques de vente aux particuliers et deux domaines viticoles... Et désormais une adhésion à InVivo. - crédit photo : Univits
Le groupement des vins d’Aquitaine a rejoint le projet vinicole de la première union coopérative agricole française, devenant le premier opérateur bordelais à s’y essayer.

Après un an à parcourir inlassablement le vignoble français, InVivo y dénombre aujourd’hui 23 caves coopératives adhérentes*. Dont une première à Bordeaux : « il y a plusieurs caves qui sont en discussion depuis qu'elles ont montré leur intérêt. L’une d’entre elles est Univitis, qui a fait le choix d’amener ses vins et d’adhérer à l’union InVivo » explique laconiquement Bertrand Girard, le directeur général d’InVivo Wine (SA filiale d’InVivo).

Présente sur 18 appellations du Sud-Ouest (12 en Bordeaux, 4 en Bergerac et 2 en Côtes de Duras), Univitis est un acteur majeur des vins d’Aquitaine. L'an dernier, le groupement réunit 240 viticulteurs, pour 2 050 hectares de vigne et une production annuelle de 101 000 hectolitres de vin. L’union coopérative possède quatre sites de vinification (Flaujagues, Gensac-Vayres, Les-Lèves et Villefranche-de-Lonchat), trois boutiques de vente aux particuliers (Terroirs SA) et deux domaines viticoles (château Les Vergnes et Domaine Montdésir). En moyenne, Univits commercialise chaque année 8 à 9 millions cols et 30 000 à 60 000 hectolitres de vrac.

Valorisation commerciale

S’étant fixé l’objectif de convaincre trente caves coopératives en 2016, InVivo travaille sur son pendant, encore plus ardu, qui est celui de la valorisation commerciale. Un tour de force qui suscite encore de vifs scepticismes au sein du monde coopératif. Il faut rappeler que l’union coopérative vise rien de moins que la place de troisième opérateur des vins français, avec un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros. Les projets suivent leur cours (r)assure Bertrand Girard, qui ne dévie pas de sa stratégie de « reconquête de parts de marché à l’international et le positionnement de valeur sur tous les marchés, y compris en France ». La construction de marques fortes se concrétise ainsi, avec la finalisation de la gamme Cordier, dont le premier tirage de vins de Bordeaux 2015 vient d’être réalisé. Mais ces nouveaux flacons ne seront dévoilés que lorsque les plans de communication et de commercialisation seront arrêtés (cliquer ici pour en savoir plus).

 

* : Il s'agit de caves en Beaujolais, Languedoc, Roussillon, Sud-Ouest... Liste complète à suivre la semaine prochaine dans Vitisphere.

Rêve américain

En parallèle, InVivo Wine travaille son implantation future sur les réseaux de distribution d'avenir. Son interêt pour les Etats-Unis se confirme, avec la recherche active de partenariats. Mais contrairement aux informations ayant filtré dans la presse, il n'y aurait pas de rachat imminent de distributeur. Sont seulement engagées des discussions ouvertes à toute forme de partenariat (y compris prise de parts).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé