LE FIL

Champagne

Importants phénomènes d'échaudage

Jeudi 01 septembre 2016 par Aude Lutun
Article mis à jour le 05/09/2016 18:02:08

Avec les chaleurs caniculaires de la fin août, c'est l'échaudage en Champagne.
Avec les chaleurs caniculaires de la fin août, c'est l'échaudage en Champagne. - crédit photo : Centre vinicole Nicolas Feuillatte
Après le gel, le mildiou, c’est l’échaudage de la semaine passée qui est venu affecter la récolte champenoise.

Les fortes chaleurs de la semaine passée ont donc provoqué des phénomènes d’échaudage, notamment sur les raisins noirs qui captent mieux la chaleur. La perte est estimée en moyenne de 1 à 3 % mais elle peut atteindre les 10 % dans certaines vignes. La vendange 2016 se caractérise également par une très grande hétérogénéité dans la maturité, y compris au sein d’une même parcelle. « Le gel puis le mildiou sur grappe ont modifié la charge et donnent lieu à de fortes disparités de rendement potentiel au niveau communal, parcellaire et même au sein d’un cep, précise Christophe Didier, responsable des relations techniques avec le vignoble au Centre Vinicole Nicolas Feuillatte. Malgré les attaques de mildiou, la masse de feuillage est restée importante. Les vignes peu chargées, notamment en pinot noir et pinot meunier, murissent donc très vite ».

Confiance sur le potentiel qualitatif

Cette hétérogénéité va compliquer l’organisation des vendanges, qui vont probablement se faire avec des équipes réduites en début et en fin de récolte. Les dates des vendanges, par commune et par cépage, seront connues le 10 septembre. Il est probable qu’une grande partie des vignerons débutent la cueillette entre le 15 et le 20 septembre, soit quatre à cinq jours plus tôt que les dates qui se profilaient fin juillet. Au 30 août, le degré moyen était de 6,8 % vol pour le meunier, 6,5 % vol pour le pinot noir et 4,1 % vol pour le chardonnay (source Civc). Avec l’épisode caniculaire, l’acidité totale a fortement chuté, mais elle reste dans des valeurs classiques à 16 g H2SO4/L. « Nous sommes confiants sur le potentiel qualitatif de cette vendange, commente Christophe Didier. L’état sanitaire des raisins est pour l’instant satisfaisant. La chaleur a permis un dessèchement complet des attaques précoces de botrytis de début août ».

Le potentiel de vendange est estimé à 8000 kg/ha sur l’ensemble de la Champagne. Dans l’Aube, les rendements moyens ne devraient pas dépasser le cap des 3 000 kg/ha. Certains centres de pressurage n’ouvriront pas leurs portes pour mutualiser les moyens. Rappelons que le rendement maximal à récolter a été fixé, le 20 juillet dernier, à 9 700 kg/ha, auxquels s’ajouteront 1100 kg/ha à sortir de la réserve individuelle le 1er février 2017.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé