LE FIL

Du gamay dans les veines

Dominique Piron élu président d’Inter Beaujolais

Mercredi 13 juillet 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Le nouveau président d'Inter Beaujolais, Dominique Piron, veut « moderniser le vignoble en intégrant la diminution des intrants et retrouver des parts de marchés ».
Le nouveau président d'Inter Beaujolais, Dominique Piron, veut « moderniser le vignoble en intégrant la diminution des intrants et retrouver des parts de marchés ». - crédit photo : Inter Beaujolais
Réuni en assemblée générale le 13 juillet, Inter Beaujolais a élu son nouveau président, Dominique Piron, un négociant qui est aussi vigneron.

Il « a du gamay dans les veines » ! C’est du moins ce qu’il se plaît à dire. Dominique Piron, 66 ans, né à Morgon, vient d’être élu à la présidence d’Inter Beaujolais. Il prend la suite du vigneron Gilles Paris, qui est arrivé au terme de son mandat de deux ans, établis par les statuts de l’interprofession. Le nouveau président d’Inter Beaujolais représente donc le négoce, en respect de la règle de l’alternance entre les deux métiers. Mais il est aussi vigneron. Il exploite ainsi 80 hectares de vignes sur 16 communes.

Sa feuille de route est volontariste : « moderniser le vignoble en intégrant la diminution des intrants et retrouver des parts de marchés ». Mais son plus grand challenge sera sans doute de « faire en sorte que chacun redevienne fier de notre région ». Inter Beaujolais a traversé certains soubresauts cette année, étant notamment critiqué par le rapport de Pierre-Georges Malpel. Mais Dominique Piron est convaincu du potentiel de sa région « S’il y a un pari à prendre sur une région viticole, c’est sur le beaujolais qu’il faut le faire », s’exclame-t-il. D’ailleurs, les résultats économiques de la dernière campagne laissent présager d’un retour au dynamisme. Reste plus qu’à « écrire une nouvelle histoire » de la région.

 

 

David Ratignier, élu vice-président

Agé de 46 ans, David Ratignier, viticulteur est élu vice-président d’Inter Beaujolais. Installé sur plus de 30 hectares, ce vigneron souhaite une « modernisation environnementales » dans les vignes.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé