Accueil / Commerce/Gestion / Vins en vrac : tendances d'une campagne aux volumes en repli et aux cours soutenus

A la fin mars 2015, les volumes échangés en vrac sont en repli sur les catégories de vins rouges...
Vins en vrac : tendances d'une campagne aux volumes en repli et aux cours soutenus

Par Alexandre Abellan Le 21 avril 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vins en vrac : tendances d'une campagne aux volumes en repli et aux cours soutenus
A

vancée aux deux tiers, la campagne 2014-2015 voit ses tendances se confirmer. A la fin mars 2015, les volumes échangés en vrac sont en repli sur l'ensemble des catégories de vins rouges. Les Vins Sans Indications Géographiques (VSIG) enregistrent la plus forte variation, avec -17 % pour 970 000 hectolitres (une baisse liée au repli de 42 % des transactions rouges/rosés en Languedoc-Roussillon, repli qui n'est pas compensé par des hausses de 66 % en Vallée du Rhône ou de 133 % en Aquitaine). La diminution est moindre pour les vins à Indication Géographique Protégée (IGP), à -4 % pour 3,25 millions hl (seul le Val de Loire enregistrant une baisse des transactions, -6 %). Il en résulte une hausse globale de 12 % du cours des VSIG rouges (à 75,62 €/hl globalement et 80,97 €/hl avec mention de cépage) et de 13 % des IGP (à 86,96 €/hl pour le total et 89,03 €/hl pour les IGP de cépages).

Pour les vins blancs, les volumes sont globalement stables (1,5 millions hl en IGP et 761 000 hl en VSIG), ce qui n'empêche pas une hausse soutenue des cours (respectivement +10 et +13 %, à 87,24 €/hl et 102,55 €/hl). En repli pour les VSIG (-17 % à 341 000 hl), les échanges de rosés sont en nette hausse pour les IGP (+24 % à 2,36 millions hl), avec une valorisation croissante dans les deux cas : +14 % pour les VSIG à 83,97 €/hl, +12 % pour les IGP à 89,92 €/hl (et +16 % à 90,30 €/hl pour les IGP avec mention de cépage). « Le marché reste actif pour toutes les catégories, sauf les rosés » estime le dernier rapport de la société de courtage Ciatti, qui rapporte que « les stocks ont ralenti les transactions et diminuer les cours ».

Arrêtées à la fin février, les tendances sur les vins d'appellation sont beaucoup moins nettes. Il apparaît cependant que les transactions en rouge ralentissent, en conséquence de la récolte 2014 plus généreuse (cliquer ici pour le détail des dernières vendanges françaises). Alors que les cours des Côtes du Rhône sont en légère croissance (+2 %), ceux des rouges du Val de Loire et de Bourgogne diminuent légèrement (-5 à -7 %), les vins de Bordeaux et du Beaujolais affichent des replis de plus de 30 %. Le service statistique de FranceAgriMer souligne à l'inverse que « les rosés progressent dans l'ensemble des régions viticoles », que ce soit faiblement comme en val de Loire (+2 %) ou en Provence (+5 %) ou de manière importante en Vallée du Rhône (+23 %).

D'après les contrats enregistrés par FranceAgriMer au bout de 35 semaines de campagne, les échanges de VSIG s'élèvent à 2,1 millions hl (-13 % par rapport à 2013-2014), dont 76 % sans mention de cépage. Les ventes d'IGP sont en hausse de 5 %, à 7,1 millions hl dont 72 % avec mention de cépage. A la fin janvier, les sorties de chais des AOC étaient en repli de 9 %, à 13,3 millions hl.

Cliquer ici pour lire l'intégralité de la dernière note de conjoncture de FranceAgrimer.

 

 

[Illustrations : Evolution des campagnes 2004-2005 à 2014-2015 des cours de VSIG (rouges/rosés en haut à gauche, blancs en haut à droite) et d'IGP (rouges/rosés en bas à gauche et blancs en bas à droite) ; FranceAgrimer]

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé