Accueil / Viticulture / Des pistes pour améliorer le bilan carbone vigneron
Des pistes pour améliorer le bilan carbone vigneron
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Après une année de diagnostics
Des pistes pour améliorer le bilan carbone vigneron

La Chambre d’Agriculture de Gironde a profité du Vinitech pour présenter le bilan d’une année de diagnostics carbone et donné des conseils aux viticulteurs pour améliorer leurs pratiques.
Par Marion Bazireau Le 01 décembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des pistes pour améliorer le bilan carbone vigneron
En 2021, les 12 exploitations bordelais ont en moyenne compensé 74% de leurs émissions de gaz à effet de serre. - crédit photo : Marion Bazireau
L

es "Bons diagnostics carbone" ont démarré en début d’année en viticulture. La Chambre d’Agriculture de Gironde en a réalisé 12 en se basant sur le millésime 2021.

En charge du dossier, Léna Plusquellec a pu se rendre dans des exploitations de 8 à 250 hectares. Son constat ? « Si on ne prend pas en compte les bouteilles, 92 % des Gaz à Effet de Serre (GES) émis lors de la production de vin proviennent de la vigne » explique-t-elle à l’occasion d’une conférence sur le salon Vinitech.

Le fioul compte pour les trois quarts, suivi par le gazole routier (16 %), l’électricité (9,5 %) et les engrais azotés (1%). « La fertilisation ne pèse a priori pas lourd dans la balance, mais elle émet du protoxyde d’azote, 265 fois plus réchauffant que le CO2 » pose la conseillère environnement.

Léna Plusquellec explique à l’auditoire que 36 % des émissions de GES du poste « fioul » sont le fait du travail de la vigne, avec le prétaillage ou l’épamprage. Suivent les traitements phytos (22 %), le chantier de récolte (22 %), et l’entretien du sol à l’aide, par exemple, d’interceps (20%).

S’ils ont peu de liberté sur la partie phyto ou pendant les vendanges, les viticulteurs peuvent améliorer leur bilan carbone en combinant les outils. « On peut par exemple facilement imaginer un seul passage pour le rognage et la tonte des couverts. A elle seule, la combinaison d’outils permet 40 % d’économies de fioul » illustre Léna Plusquellec.

Trois allers-retours entre Bordeaux et Paris 

La conseillère a également calculé le stockage de carbone. « En moyenne, les exploitations ont stocké 29 kg éq. CO2/hl, l’équivalent de 133 km en voiture, et 758 kg éq. CO2/an/ha, soit 3 484 km, l’équivalent de trois allers-retours entre Bordeaux et Paris » dévoile-t-elle.

En 2021, les 12 exploitations ont globalement compensé 74 % de leurs émissions de gaz à effet de serre. « Celles qui avaient le plus d’infrastructures agroécologiques, telles que des haies ou de grandes surfaces couvertes d’herbe sont même arrivées à 100 % » poursuit Léna Plusquellec.

Pour améliorer leur empreinte environnementale, les viticulteurs peuvent réduire leur utilisation d’engrais minéraux, couvrir le cavaillon en plus de l’interrang, adopter l’éco-conduite, passer leurs tracteurs et pulvérisateurs au banc d’essai.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé