Accueil / Commerce/Gestion / "La France est le plus grand vignoble bio mondial"
"La France est le plus grand vignoble bio mondial"
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Cap sur les marchés
"La France est le plus grand vignoble bio mondial"

La 30ème édition de Milésime Bio arrive en janvier prochain. Dans cette perspective, la filière des vins bios affiche la dynamique de conversion du vignoble bio français, ainsi que la volonté de se développer à l'export, levier de croissance essentiel pour absorber les volumes produits
Par Olivier Bazalge Le 21 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Jeanne Fabre et Nicolas Richarme, lors de la dernière édition de Millésime Bio début 2022 - crédit photo : O. Bazalge
A

l’occasion de la présentation de la 30ème édition du salon Millésime Bio, qui aura lieu les 30 janvier et premier février prochains à Montpellier, l’organisateur SudVinBio a souhaité mettre en évidence la prise de leadership du vignoble français dans la production de vins bio. « La France est le plus grand vignoble bio mondial », clame ainsi Nicolas Richarme, le président de SudVinBio, en citant les 90 298 ha de vignes déjà certifiées auxquelles s’ajoutent les 69 570 ha en cours de conversion dans le pays en 2021. Si ce total de 159 868 ha offre bien la première place à la France, il nécessite néanmoins une vision nuancée au regard des surfaces viticoles déjà certifiées bio en Espagne et en Italie. Avec plus de 100 000 ha chacune, les deux nations restent devant la France mais le rythme des conversions y est nettement moins soutenu que dans l’Hexagone (voir infographie ci-dessous).

« Grâce à cette dynamique de conversion, les surfaces de vignes bio ont doublé en 5 ans en France, avec encore une hausse de 20 % des conversions pour la seule année 2021. La viticulture fait figure de bonne élève des filières agricoles françaises, car le bio couvre 20% de la SAU (surface agricole utile, ndlr) viticole française, contre 10% en moyenne dans les autres filières », appuie Nicolas Richarme. Le président de SudVinBio salue également le faible taux de déconversion observé, « qui se maintient autour de 4% par an ces 5 dernières années ». Derrière ce flot de bonnes nouvelles apparentes, se cache pourtant le spectre de l’incertitude sur la capacité du marché à absorber les nouveaux volumes de vins bios. Nicolas Richarme ne se dérobe pas et affiche au contraire le cap à suivre : « nous travaillons main dans la main avec les metteurs en marché qui étaient en attente de ces volumes pour pouvoir aller sur des marchés importants, c’est à présent le cas, avec une offre à la hauteur de ces attentes et des perspectives solides pour les millésimes à venir ».

Cap à l'export

Et c’est l’export qui figure en tête des ambitions de la filière. SudVinBio annonce en effet que les vins bios français ont généré un chiffre d’affaires d’1,2 milliard d’euros sur le marché français en 2021, « +9 % en un an, +23 % en 2 ans », indique Nicolas Richarme, alors que ce chiffre n’a atteint que 552 millions d’euros à l’export. « Ce chiffre suit également une progression, +7,5 % en un an, +57,5 % en 2 ans, mais le différentiel reste très important par rapport au seul marché français, les efforts doivent donc se concentrer vers ces destinations pour poursuivre notre développement », appuie le président de SudVinBio. Un tassement est pourtant constaté pour les ventes françaises des filières agricoles bios, « mais le vin résiste bien, en particulier en raison du poids de la vente directe pour les vins bios, qui représente 45% des ventes totales », appuie Nicolas Richarme, alors que c’est surtout dans le circuit de la grande distribution que la déprise des ventes de produits bios s’est installée.

À l’occasion de ses 30 ans, le salon Millésime Bio, qui annonce encore une progression du nombre d’exposants pour atteindre les 1 500, marque aussi le coup en proposant de la nouveauté. « Pour répondre à cette évolution de l’offre bio, le salon ouvre une section dédiée au vrac, mais aussi un espace pour les jeunes vignerons, c’est-à-dire récemment installés », valide Jeanne Fabre, présidente du salon Millésime Bio. Ces jeunes vignerons disposent ainsi d’une offre préférentielle d’accompagnement pour présenter leur production au sein d’un ‘corner’ dédié. Une soirée spéciale à l’opéra Berlioz de Montpellier, ainsi qu’un grand forum « axé sur l’avenir de la filière, car il ne faut pas juste regarder dans le rétroviseur en se satisfaisant du passé », indique Jeanne Fabre, sont également organisés pour marquer ce 30ème anniversaire du salon.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Benji Le 21 novembre 2022 à 15:19:53
Écouter les lobbyistes du bio qui veulent faire croire à la progression de ce type de vin est utopique! La vérité sera tout autre dès que les surfaces en conversions seront là des l?année prochaine! De plus la rentabilité va s?effondrer très rapidement ! Vouloir développer un marché supérieur à ce qu?il peut vendre est suicidaire! Je tire mon chapeau au vrai viticulteurs vendeurs direct bios ou non qui vont subit la doctrine écolo déphasées des marchés
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé