Accueil / Politique / Le ministre de l’Agriculture fait avancer les demandes d’arrachage du vignoble bordelais
Le ministre de l’Agriculture fait avancer les demandes d’arrachage du vignoble bordelais
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Groupe de travail
Le ministre de l’Agriculture fait avancer les demandes d’arrachage du vignoble bordelais

Interpelé à l’Assemblée Nationale et à l’occasion d’une visioconférence sur les enjeux de réduction des surplus viticoles à Bordeaux, Marc Fesneau pose les premiers jalons d’une quête de solution concrète.
Par Alexandre Abellan Le 19 octobre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le ministre de l’Agriculture fait avancer les demandes d’arrachage du vignoble bordelais
« Vous avez raison de souligner l’importance économique de l’activité viticole, son poids en termes de commerce extérieur, mais également la part d’identité qu’elle recèle, comme toute l’agriculture française » répond Marc Fesneau à l’interrogation de Pascal Lavergne. - crédit photo : Assemblée Nationale
C

omme indiqué lors des questions au gouvernement ce mardi 18 octobre, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a bien conscience des difficultés actuellement traversées par le vignoble français en général, et le vignoble bordelais en particulier. Le député du Loir-et-Cher distinguant les « faits structurels » (la déconsommation des vins rouges) d’« autres faits conjoncturels » (les tensions sur les trésoreries, le changement climatique et l’inflation énergétique).

En matière de conjoncture, le ministre indique en séance que la question des délais de remboursement des Prêts Garantis par l’État (PGE) reste en suspens (demandant aux banques « d’examiner chaque dossier avec diligence et de rechercher des solutions appropriées »), il souligne le bilan du gouvernement sur la gestion des aléas climatiques (1 milliard d’euros pour le gel en 2021 et la réforme de l’assurance climatique en 2022) et évoque une piste communautaire pour alléger le fardeau énergétique (notamment « certaines contraintes liées à la corrélation des prix des différentes énergies et à leur plafonnement »,  sachant que « les dispositifs pertinents seront ajustés afin que le secteur de l’agriculture, dont le cycle de production est particulier, puisse en bénéficier pleinement »).

Fonds européens

En termes d’outils structurels, le ministre renvoie à une réunion se tenant le jour-même avec des représentants du vignoble de Bordeaux et des parlementaires de Gironde. Sollicitée par le député bordelais de la majorité, Pascal Lavergne (l’auteur de cette question préalable au gouvernement : « quelles perspectives proposez-vous pour la viticulture ? »), cette réunion marque une étape après la première réunion au ministère le 3 août dernier. Demandant au ministre la création d’un groupe de travail pour rapidement avancer*, Pascal Lavergne rapporte à Vitisphere que Marc Fesneau a demandé dans la foulée la création d’un groupe de travail à la préfecture de la Gironde, son enjeu étant de trouver une solution rapide en termes de financement : « la voie de l’Organisation Commune de Marché (OCM vin) est trop compliquée à mettre en œuvre rapidement. Il est proposé de travailler sur les fonds européens pilotés par la région (FEADER) » explique le député.

15 000 hectares à 10 000 euros

« La balle est dans le camp local » note Pascal Lavergne, appelant le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, à réviser la maquette prévue des fonds FEADER pour y intégrer les évolutions de la situation viticole à Bordeaux. Si le vignoble bordelais semble actuellement s’accorder sur une demande d’arrachage définitif de 15 000 hectares à 10 000 euros/hectare (soit 150 millions € de budget), le député note que les modalités sont encore à définir et discuter (« quel rythme ? Quel calendrier ? Quelle durée ? »). Pour Pascal Lavergne, il doit être moins question d’arrachage que de reconversion des terres viticoles pour répondre à des besoins actuels (biodiversité, méthanisation, protéines végétales…).

Alors que les vins de Bordeaux sont en plein écoulage de leur prometteur millésime 2022, ses opérateurs espèrent une avancée rapide à leurs demandes d’arrachage définitifs.

 

* : Dans sa question en hémicycle, Pascal Lavergne témoigne que « dans mon département, la Gironde, j’entends les cris des viticulteurs, leur angoisse face à l’absence de perspectives. Nombre d’entreprises sont au bord du gouffre financier, alors que les vendanges sont terminées et que leurs chais sont pleins. Les viticulteurs, qui ont eu largement recours aux PGE pendant la crise du covid-19, ne savent pas comment les rembourser. De nombreux défis nous attendent, dont la reconversion d’une partie du vignoble et plus généralement la promotion d’outils de régulation, la transition agroenvironnementale ou encore la protection contre les aléas climatiques. De manière plus immédiate, la crise énergétique et la hausse des prix du carburant font gonfler les coûts de production de la viticulture et plus largement de l’ensemble des activités agricoles, dont on connaît les enjeux de souveraineté. »

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
J.Henry DAVENCE Le 20 octobre 2022 à 07:36:20
150 millions d'euros pour 5 millions d'hl produits. Soit 30 euros par hl et par an financés sur 10 ans soit 3 euros de l'hl par an si un prêt 0% est trouvé. C'est une simpliste mais bonne base de travail pour le BIVB et les appellations qui marchent bien à Bordeaux...et cela ne semble pas insurmontable sauf à encore vouloir financer uniquement avec de l'argent public!
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 19 octobre 2022 à 18:55:45
Notre jeune Ministre met le doigt dans un vilain engrenage. Si le vignoble AOP Bordeaux a gain de cause (150 Mio? pour arracher), on ne peut pas écarter l'hypothèse qu'un ou d'autres vignobles solliciteront une aide publique. C'est quand même lamentable que le Ministre oriente son regard sur le FEADER pour trouver un financement : le FEADER n'a pas cette vocation "négative".
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé