Accueil / Viticulture / Des vignes mycorhizées pour les aider à supporter le changement climatique
Des vignes mycorhizées pour les aider à supporter le changement climatique
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Mycovigne
Des vignes mycorhizées pour les aider à supporter le changement climatique

Amélioration de la résistance de la vigne à la sécheresse et baisse de la fertilisation, tels sont les objectifs des essais de mycorhization actuellement menés en Provence, au château Sainte-Roseline.
Par Marion Bazireau Le 20 septembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des vignes mycorhizées pour les aider à supporter le changement climatique
Le château envisage de le faire sur ses parcelles destinées à la production de vins haut-de-gamme et sur ses futures plantations. - crédit photo : Château Saint-Roseline
C

’est un grand moment pour les équipes du château Sainte-Roseline, domaine de 110 hectares aux Arcs-sur-Argens, dans le Var. « Le Centre du Rosé microvinifie actuellement les pieds de grenache que la start-up Mycophyto a "artisanalement" mycorizhés » raconte Fabien Lacomme, directeur de l’exploitation provençale.

Baptisé « Mycovigne » ce projet pilote financé par le Crédit Agricole vise à évaluer l’impact des champignons indigènes sur la résistance de la vigne à la sécheresse. « Nous espérons également pouvoir diminuer nos apports d’intrants, et moins fertiliser tout en maintenant la productivité et la qualité de nos vins ».

En 2020, Mycophyto a d’abord réalisé un audit de la biodiversité de la parcelle d'un hectare âgée de 5 ans. « Dans ce sol argilo-calcaire retenue pour l’essai, l’entreprise a trouvé 19 espèces différentes de champignons, contre 9 à 10 en moyenne. Elle les a ensuite multipliées, avant de venir creuser un trou autour de 100 ceps, entouré des ceps témoins, et d’y injecter à l’aide d’une sorte de grosse seringue la biomasse au niveau des racines » détaille Fabien Lacomme.

Bientôt le bilan

Le Centre du rosé réalise depuis 2 ans des prélèvements de sarments, de pétioles et de raisins pour évaluer l’intérêt de la mycorhization. Les partenaires doivent se réunir en novembre pour tirer un premier bilan de l’expérimentation.

En cas de succès, le château étendra l’opération à ses parcelles destinées à la production de vins haut-de-gamme. « Mais le plus simple et le moins coûteux serait de planter ou complanter des pieds déjà mycorhizés. Plusieurs pépiniéristes sont intéressés par le projet ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé