Accueil / Viticulture / Réglement européen pour l'irrigation par eaux usées traitées en 2023
Réglement européen pour l'irrigation par eaux usées traitées en 2023
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Ressource en eau
Réglement européen pour l'irrigation par eaux usées traitées en 2023

La Commission européenne vient de publier les lignes directrices pour aider chaque pays à appliquer le réglement qui rentrera en vigueur en juin 2023. Au vignoble, la technologie est déjà éprouvée mais la viabilité dépend des coûts de mise en oeuvre.
Par Olivier Bazalge Le 22 août 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Réglement européen pour l'irrigation par eaux usées traitées en 2023
L'actualité liée à la sécheresse a remis les besoins en irrigation sur le devant de la scène. L'utilisation des eaux usées traitées est une option d'intérêt - crédit photo : O. Bazalge pour Vitisphere
D

ébut août, la Commission européenne a publié les lignes directrices visant à « aider les autorités nationales et les entreprises concernées à appliquer les règles de l'union européenne (UE) relatives à la réutilisation en toute sécurité des eaux usées urbaines traitées pour l'irrigation agricole », détaille un communiqué de l’institution. Le règlement européen sur la réutilisation de l'eau sera en effet applicable dès juin 2023.

Alors qu’une vague de sécheresse traverse l'Europe, la Commission tient donc à rappeler que « la réutilisation de l'eau devient cruciale afin de garantir une source supplémentaire d'eau sûre et prévisible, alors que l’Europe souffre de plus en plus de sécheresses, tout en réduisant la pression sur les plans d'eau et en aidant l'UE à s'adapter au changement climatique », relate encore un communiqué.

Juin 2023

« A l’heure actuelle, certains pays de l’UE fonctionnent avec leur propre réglementation concernant la réutilisation des eaux usées traitées, d’autres n’en ont pas ou ont juste fixé des lignes directrices », décrypte ainsi Flor Etchebarne, spécialiste de la réutilisation de l’eau pour l’irrigation agricole et en charge de l’activité eau au sein du groupe Eurodia.

Le règlement européen « définit des exigences minimales en matière de qualité de l'eau, de gestion des risques et de surveillance afin que la réutilisation de l'eau soit sûre », poursuit un communiqué. Flor Etchebarne précise en outre que le ce règlement européen ne concerne qu’une utilisation d’irrigation à vocation agricole, « alors que le règlement français actuel concerne l’irrigation en agriculture mais aussi pour les espaces verts ». A compter du 26 juin 2023, les états-membres devront tous disposer d’une réglementation en phase avec les lignes directrices énoncées par la Commission.

Comme le souligne Flor Etchebarne, la réutilisation a fait ses preuves en viticulture, en particulier le projet Irri-Alt’Eau mené depuis 2013 à Gruissan, dans l’Aude. Celui-ci a abouti en 2019 à la mise en place du démonstrateur pour irriguer 80 ha de vignes avec les eaux traitées issues de la station de Narbonne-plage, dont la a collection ampélographique Inrae de Vassal qui sera transférée dès la fin du mois d’août 2022.

Technologie fiable

« A l’heure actuelle, la technique est viable, fiable et efficace, avec en outre la valeur ajoutée d’une irrigation avec une eau riche en nutriments, qui permettent des économies de fertilisation sur le long terme. Les seules contraintes restent autour de la viabilité économique, avec la distance séparant les parcelles de la station, la construction du réseau d’irrigation et la désalinisation éventuelle par électrodialyse, comme ça peut être le cas en zone littorale », décrypte Flor Etchebarne.

La Commission souligne que la réutilisation d’eaux usées traitées (Reut) « permet de limiter la pression sur les eaux de surface et les eaux souterraines, ainsi que de promouvoir une gestion plus efficace de l'eau, conformément aux objectifs du Pacte vert européen ».

« La mise en place de tels projets implique une réflexion au cas par cas, en fonction de l’accès à la ressource en eau. La viabilité économique dépend de l’emploi de cette Reut, comme ressource principale ou juste en complément. Elle reste dans tous les cas soumise à l’autorisation de l’Etat », complète Flor Etchebarne.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
VignerondeRions Le 22 août 2022 à 19:26:52
Si l'eau est riches en nutriments, il y a fort à parier qu'elle est aussi riche en résidus de tout poil. Notamment de médicaments et autres saloperies balancées allègrement dans les égouts. Ca va améliorer nos goûts de terroir. Pour certaines cultures peut être bien mais pour des vins ça me semble un peu léger comme procédé.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé