Accueil / Commerce/Gestion / "On ne peut pas rayer du jour au lendemain la marque Sud de France des étiquettes de vin !"
"On ne peut pas rayer du jour au lendemain la marque Sud de France des étiquettes de vin !"
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Le Languedoc se rebiffe
"On ne peut pas rayer du jour au lendemain la marque Sud de France des étiquettes de vin !"

Regrettant que la préfecture de Région interdise l’usage de la bannière collective, les metteurs en marché languedociens défendent de possibles ajustement pour redéployer le logo.
Par Alexandre Abellan Le 04 août 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L’usage de la marque 'Sud de France' reste hautement désirable pour les metteurs en marché, des négociants aux caves particulières. - crédit photo : Agence Ad'Occ
E

nvoyée cette toute fin juillet après le conseil de bassin viticole du début du mois, la lettre du préfet de région Occitanie, Étienne Guyot, est une douche froide dans la filière vin : l’utilisation de la marque Sud de France y est jugée illicite sur les étiquettes de vin, avec le risque d’amendes et de saisie en cas d’infraction. « J’ai participé aux échanges du conseil de bassin et je suis surpris par ce courrier. Je n’avais pas l’impression que la question était complétement tranchée sur une marque qui existe depuis 16 ans et a été utilisé sur des dizaines de millions de cols » grince Gilles Gally, le président de l’Union des Entreprises Viticoles Méditerranéennes (UEVM), le négociant étant étonné par le rappel à l’ordre de la préfecture.

« Le préfet rappelle l’application réglementaire de l’étiquetage des vins en France où il n’est pas possible d’utiliser Sud de France » confirme Alexandre They, le président des Vignerons Indépendants de la Région Occitanie, qui « trouve dommage que l’on ne puisse plus se servir de la marque. On a été dans le flou artistique pendant quelques temps. » Concernant l’utilisation de la marque, le vigneron des Corbières estime qu’« il faut continuer à travailler pour voir si nous avons fait le tour des solutions réglementaires possibles pour continuer à l’étiqueter. »

Quels sont les délais

« On va essayer de trouver une solution : on ne peut pas rayer du jour au lendemain la marque Sud de France des étiquettes de vin ! Les entreprises ont investi, la région aussi… » confirme Gilles Gally, ajoutant que faute de précisions, « on va demander à la Direction régionale de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités (DREETS) ce que l’on fait des étiquettes existantes (stocks non collés et bouteilles conditionnées), quels sont délais ? » Pour le négociant il faut rouvrir les discussions, notamment sur des pistes d’encadrement (taille des caractères, positionnement de la marque…).

« Dans cette période de transition, on peut utiliser la marque sur les communications web, sur la Promotion sur le Lieu de Vente (PLV) et sur les salons. Pour le logo sur les bouteilles, il reste du travail » résume Alexandre They, qui regrette la perte d’un outil valorisant, notamment « à l’export. Le client final a une meilleure vision avec Sud de France que les noms des villages de nos contrées (Montbrun des Corbières pour moi). » La perte économique ne doit pas être minorée souligne Gilles Gally, évoquant la « seule marque ombrelle du Languedoc-Roussillon : nous négociants, ça nous allait bien, ça créait une unité d’origine géographique. C’était une marque ombrelle simple, compréhensible sur étiquette. On y est attaché. »

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (7)
Albert Le 10 août 2022 à 16:02:32
.. n'est associée aucune définition ..
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 09 août 2022 à 22:11:30
J'aurais du commencer par cette remarque : le sud (de la France) tout comme le midi (de la France) sont des concepts auxquels ne sont associés aucune définition territoriale claire et explicite. Ce que je dis peut être vérifié par chacun.e.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 09 août 2022 à 22:05:31
VignerondeRion, je ne suis pas un adorateur inconditionnel de l'INAO dans tous les compartiments du jeu, mais s'il y a bien une compétence à reconnaître à cet organisme c'est celle de la défense des appellations et des critères d'identification légitimes et univoques de leurs mentions géographiques et des unités géographiques associées. Au cas particulier, je comprends que l'INAO pointe un gros souci au plan réglementaire puisqu'il manque à cette marque "ombrelle" - Sud de France - une définition précise de son territoire. Un point c'est tout. De plus, les CDC AOP et IGP (pour le secteur viticole) ne prévoient apparemment pas l'usage de cette mention. Alors, pourquoi gloser tant et tant ? Et tant pis si Georges Frêche se retourne dans sa tombe ! .. la réglementation s'impose à tous.
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 08 août 2022 à 18:15:00
Grosso modo l'INAO s'approprie l'intégralité des noms de région, de lieu, de la géographie française. Sans l'INAO tu n'existes pas, tu n'a pas le droit de dire d'ou tu es, ni ce que tu fais. C'est très exagéré comme attitude, mais en même temps, s'ils n'ont pas cette volonté d'écraser dans l??uf toutes velléités d'émancipation ils n'existeront bientôt plus tellement ils confondent protection des terroirs et immobilisme. Ils devraient méditer les paroles de Darwin...
Signaler ce contenu comme inapproprié
JPB Le 08 août 2022 à 10:33:59
Si j'ai bien compris, une marque qui commence a etre mondiale "Sud de France" va etre éliminé au profit d'un sombre IGP qui fait ou veut faire concurrence à une autre référence quasi mondiale IGP OC et à créé il y a peu pour regrouper un peu tous les IGP departement. Donc on cree un IGP inutile et qui va foutre en l'air 15 ans de boulot. Georges Freche RIP va se retourner dans sa tombe. Une fois de plus le Languedoc est éclatant d'intelligence... On a que ce que l'on mérite. J'espere que la Région qui doit etre possesseur de la marque va réagir et que tous les opérateurs qui utilisent Sude de France vont refuser cela.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 06 août 2022 à 17:34:19
La profession ne peut pas feindre d'être surprise puisque, déjà en fin 2019, Marie Guittard (DG de l'INAO) l'avertissait du problème. Dans un registre un peu équivalent, il faudrait que l'on m'explique pourquoi alors l'INAO (et le Minagri) n'a pas retoqué l'IGP Terre du Midi au territoire uniquement calé sur l'Occitanie ! .. quand on parle du "midi" de la France, on ne se focalise pas sur le Languedoc Roussillon que je sache ! .. le "midi" englobe aussi le sud-est, non ? (je pense à Trenet et sa nationale 7 !).
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 05 août 2022 à 13:43:53
C'est fou, ça résume bien notre beau Pays, ou l'art de se tirer une balle dans le pieds afin de ne pas être trop compétitif sur le marché mondial, est notre activité préférée. Dans le Sud Ouest on se disait que c'est un truc comme ça qu'il nous fallait... Pas encore développé et déjà enterré. C'est vraiment triste.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé