Accueil / Viticulture / Le robot Traxx dans les vignobles de Bourgogne, de Champagne…

Lancement officiel
Le robot Traxx dans les vignobles de Bourgogne, de Champagne…

Quatre robots autonomes de travail du sol Traxx s’apprêtent à quitter les ateliers d’Exxact Robotics pour rejoindre le réseau de distribution de Tecnoma. Le lancement officiel de la version pulvérisation est prévu pour janvier.
Par Marion Bazireau Le 19 mai 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le robot Traxx dans les vignobles de Bourgogne, de Champagne…
L'autonomie de 10 à 12 heures du robot lui permet de travailler l’équivalent de 2 hectares sur un vignoble aux vignes écartées d’1 mètre, comme en Champagne. - crédit photo : Exxact Robotics
4

premiers robots Traxx vont sortir des ateliers d’Exxact Robotics dans les prochaines semaines. L’entreprise va profiter du réseau commercial de Tecnoma, appartenant également au groupe Exel Industries.

« Aujourd’hui nous travaillons avec Ravillon en Champagne, avec les établissements Richy en Bourgogne, avec LC Mécanique dans le Vaucluse, et avec DMS 41 dans le Centre Val de Loire » détaille Jérémy Lebeau, à l’occasion d’un webinaire sur le « vignoble du futur » organisé par la Factory de Vitisphere.

Ils seront proposés aux vignerons à 126 000 euros avec le porte-outils, la perche, des disques émotteurs et trancheurs Braun, des roues de terrage, un smartphone, et deux ans d’abonnements RTK et 4G. « Il faudra compter 4 000 € par an à partir de la troisième année, support technique compris ».

Pour le nouveau responsable viticulture d’Exxact, le Traxx, à motorisation thermique et à transmission hydraulique, a le « gabarit idéal, avec une longueur de 3,10 mètres, une largueur d’1,46 m, et 1,75 m de hauteur ». La prise en main du robot est très simple. Il se pilote très facilement grâce à une télécommande de chantier. « Traxx peut également fonctionner de manière autonome sur la base d’un parcours GPS pré-tracé lors d’un arpentage des parcelles ».

Pas besoin de notice

Responsable du projet VitiLab au sein du Vinipole Sud Bourgogne, Guillaume Paire confirme. « Nous avons pu tester le robot plusieurs mois après les vendanges. Nous n’avons eu besoin que de 2 heures avec les équipes d’Exxact Robotics pour bien nous familiariser avec le robot. Son fonctionnement est très intuitif. Notre chef de culture n’a jamais eu à chercher la notice pour le relancer, même après plusieurs semaines d’arrêt. En mode manuel, il aurait aimé que le robot avance un peu plus vite ».

Jérémy Lebeau assure aux viticulteurs ayant perdu en qualité de travail en passant sur des enjambeurs deux rangs qu’ils la retrouveront avec Traxx et son chassis monorang. « Le moteur de 37 CV permet de travailler les sols peu compactés tout au long de la campagne une fois qu’ils ont été travaillés en profondeur par un tracteur classique ».

Sur le vignoble du Vitilab, « malgré un porte-outils encore perfectible », le Traxx a été équipé de disques pulvériseurs, disques émotteurs, et de lames interceps Braun. « Il consomme autant de carburant qu’un petit enjambeur classique, pour une vitesse de 6 km/h, et est très facile d’entretien » explique Guillaume Paire.

2 hectares par jour

Le débit de chantier du Traxx est 3 fois plus faible que celui d’un enjambeur classique équipé en 3 rangs. « Mais son réservoir de 60 litres lui permet de tourner entre 10 et 12 heures et de travailler l’équivalent de 2 hectares sur un vignoble aux vignes écartées d’1 mètre, comme en Champagne. Et le superviseur peut réaliser d’autres tâches en même temps, ébourgeonner ou relever la vigne ».

A côté de leur modèle de travail du sol, les équipes d’Exxact Robotics finalisent le prototype d’un robot équipé de panneaux récupérateurs Panel’Jet sous tunnel. « On va récupérer de 80 % du produit en début de campagne à 10 % en pleine végétation ».

La pulvérisation dès septembre

Un premier modèle sera disponible en septembre, de même qu’une nouvelle version du robot de travail du sol. « Nous lancerons la vraie phase industrielle en janvier, et serons capables de fabriquer 3 robots par mois dans les deux versions ». Exxact Robotics travaille sur un système de montage et de démontage rapides pour les vignerons qui seraient intéressés par les deux opérations.

Si elle n’a pas vocation à assurer les traitements de l’ensemble d’une exploitation, la version pulvé du Traxx va permettre de répondre aux problématiques des DSR (distances de sécurité riverains) ou des zones de captage d’eau. « Ses 1 600 kgs lui permettent aussi de rentrer dans les parcelles après de fortes pluies. Cela n’aurait pas été possible avec une version électrique, qui aurait pesé une tonne de plus et perdu en autonomie ».

Le robot Traxx a également l’avantage d’être à l’aise dans les parcelles à 40 % de pente et 15 % de dévers. « C’est sécurisant pour l’opérateur, qui peut rester à distance, dans la limite de la portée de la télécommande de 250 mètres ». Selon Guillaume Paire, ses bonnes capacités de franchissement facilitent aussi le travail dans les petites tournières.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé