Accueil / Viticulture / La vigne se pare de ses premières tâches de mildiou

Collection printemps
La vigne se pare de ses premières tâches de mildiou

Les premiers symptômes du mildiou sont déjà visibles en Occitanie. Ils devraient apparaître dans les prochains jours sur les vignes de Provence, Côtes-du-Rhône, ou de Bordeaux. Dans la Loire, l’oïdium guette.
Par Marion Bazireau Le 05 mai 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La vigne se pare de ses premières tâches de mildiou
Pour valider un foyer primaire de mildiou, les Chambres d’agriculture conseillent de mettre la feuille suspecte dans un sac plastique, avec un coton imbibé d’eau. - crédit photo : IFV Occitanie
L

e mildiou est là. D’après le dernier Bulletin de Santé du Végétal (BSV) du Languedoc-Roussillon, les premiers foyers primaires ont été identifiés dans les Pyrénées-Orientales le 2 mai sur les communes de Alenya, Bages et Canet en Roussillon. Pour l’heure, c’est la végétation au sol qui est touchée. « Les tâches trouvées sur cépage grenache noir ne sont pas sporulées ou en tout début de sporulation » indique le BSV.

Dans l’Hérault, plusieurs feuilles avec une seule tache non fructifiée sur rameaux au sol ont également été repérées le 2 mai du Biterrois à Béziers. Pour l’instant, les rédacteurs ne signalent pas de foyers dans l’Aude et le Gard mais préviennent qu’ils pourraient apparaître cette fin de semaine.

Les conditions météorologiques enregistrées entre le 25 avril et le 1 er mai ne devraient pas engendrer de nouvelles contaminations primaires, « sauf sur Frontignan » prévient le bulletin, appelant également à la vigilance les viticulteurs dont les parcelles ont été inondées en fin d’hiver et sont encore difficiles d’accès.

Pour valider un foyer primaire, les Chambres d’Agriculture conseillent de mettre la feuille suspecte dans un sac plastique, avec un coton imbibé d’eau. « Après quelques heures (une nuit à 20 °C), les fructifications blanches caractéristiques sur la face inférieure confirment qu’il s’agit bien de symptômes de mildiou ».

Intervention inutile

Dans la Drôme, en Vallée du Rhône et en Provence, les pluies des 21 et 23 avril ont, d’après le modèle Milstop, été favorables à une contamination de niveau faible à moyen. En fonction des secteurs, les éventuelles sorties issues de ces épisodes seront visibles entre le 5 et le 13 mai. Les conseillers viticoles ne préconisent pas encore d’intervention.

Dans le vignoble du Tarn, les premières contaminations épidémiques peuvent avoir lieu avec des cumuls compris entre 3 mm pour le secteur du Verdier et 25 mm pour Gaillac ou Cunac. « Si les 3 et 15mm sont plausibles avec les prévisions, le cumul de 25mm n’est à ce jour (le 3 mai) pas prévu. Surveillez l’évolution des prévisions météorologiques » recommande la Chambre.

A Bordeaux, aucun symptôme n’a été signalé. « Le modèle a calculé des contaminations très localement dans le secteur Bourgeais-Blayais sur les pluies du 2 mai » indique le BSV. Les premiers œufs murs responsables des contaminations épidémiques commencent à être disponibles d’une manière éparse dans le vignoble. « Si les prévisions météos se confirment elles pourraient avoir lieu localement dans le Lot-et-Garonne, l’ouest de l’Entre-deux-Mers et le Bergeracois ».

Bientôt l’oïdium

Dans le Val de Loire et à Sancerre, « les sols sont très secs, le mildiou n’a pas du tout les conditions favorables pour se développer » estime Thomas Chassaing, de l’Association technique viticole du Maine-et-Loire.

Les viticulteurs peuvent en revanche se préparer à lutter contre l’oïdium. Des traitements au soufre mouillable pourraient avoir lieu en début de semaine prochaine selon le stade de la végétation et la sensibilité des cépages.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé