Accueil / Edito / Pépinière de rien
Pépinière de rien
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Pépinière de rien

Par Alexandre Abellan Le 15 avril 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pépinière de rien
A

lors que la traçabilité constitue l’alpha et l’oméga de la filière vin, on entend les dents grincer dans le vignoble face aux pratiques pour le moins cavalières de certains pépiniéristes viticoles. Discrète dans la pépinière, l’activité de négoce est pourtant bien visible dès lors qu’un vigneron regarde attentivement ses livraisons de greffés-soudés. Parfois, il s’aperçoit que les identifiants d’origine des passeports sanitaires changent d’un lot à l’autre, sans que son fournisseur ne lui ait indiqué qu’il s’agissait de matériels venant d’autres pépinières. Dans certains cas, on peut imaginer un greffon venant d’une pépinière, un porte-greffe arrivant d’une autre, un greffage se déroulant dans une troisième et le tout vendu par une quatrième. De quoi questionner les techniciens viticoles, car derrière la question de la traçabilité, arrive rapidement le sujet de la qualité.

Si l’usage n’est pas d’afficher les activités de négoce dans les pépinières, cette pratique permet de répondre aux demandes des clients, non seulement en termes d’offre de plants, mais aussi de prix affichés. Ceci alors que le métier de pépiniériste est toujours plus difficile, entre les hausses des coûts de production et l’augmentation des contraintes administratives (et sanitaires). Pour répondre aux demande du vignoble, l'offre des plants se structure logiquement de l'entrée de gamme au haut de gamme (avec des initiatives de premiumisation, individuelles ou collectives, comme avec la marque Vitipep's). Si l’activité de négoce a ses vertus, pour la pépinière comme pour les vins, la nécessité de transparence reste cruciale pour ne pas affecter la confiance du client. La franchise semble manquer dans certaines transactions, les vignerons n’étant souvent pas au courant de l’origine des plants. Et s’en apercevant au mieux devant les lots réceptionnés, au pire lorsqu’ils cherchent à connaître les raisons d’échecs de plantation et qu’ils demandent des comptes à leurs fournisseurs. Connaître l’origine des plants permettrait parfois de comprendre certains besoins de complantation a posteriori, et de pouvoir tester a priori la qualité des plants. Voire de comprendre certaines oppositions au traitement à l’eau chaude, comme on l’entend grincer entre les vignes. Qui sont pour le coup échaudées.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
PépViti Le 22 avril 2022 à 16:00:42
Pépiniériste viticole, je ne comprends pas le bien fondé de cet article et ces accusations limite calomnieuses. L'activité de négoce n'est qu'une activité complémentaire à l'activité de pépiniériste qui ne pourra pas s'en passer, tant que les viticulteurs n'anticiperont pas les commandes. La tracabilité est visible sur les passeports qui accompagnent les plants. Le pépiniériste qui s'approvisionne chez un confrère généralement l'a choisi et a instauré une relation de confiance notamment concernant la qualité de son matériel, comme auprès de son client viticulteur.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Vigneron impliqué ! Le 16 avril 2022 à 08:20:23
Un article qui reflète bien le tableau ! Pépiniéristes ont-ils quelque chose à répondre ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé