Accueil / Viticulture / 3 axes de mobilisation pour les vignerons de Champagne

Flavescence dorée, herbicide et terroirs
3 axes de mobilisation pour les vignerons de Champagne

Ce printemps, l’assemblée générale du Syndicat des vignerons de Champagne (SGV) avait pour thème « Ensemble, plus forts après la crise ». De nombreux enjeux et projets ont été présentés lors de cette assemblée. Petit tour d’horizon des principaux sujets…
Par Aude Lutun Le 12 avril 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
3 axes de mobilisation pour les vignerons de Champagne
- crédit photo : Aude Lutun
M

obilisation contre la flavescence dorée

« Il faut se mobiliser contre ce fléau qui pourrait devenir un nouveau phylloxera ! C’est un très gros risque à court terme ! », déclare Maxime Toubart, président du SGV. Le Comité Champagne coordonne la lutte contre la flavescence dorée, accompagné de douze collaborateurs des chambres d’agriculture. Le réseau Jaunisse Champagne, qui a pour mots d’ordre « Prospecter, Marquer, Arracher », va se déployer à plus grande échelle cette année, en s’appuyant sur les correspondants AVC présents dans chaque commune viticole.

 

Inflexion sur le zéro herbicide

« Nous allons maintenir le cap du zéro herbicide en 2025, mais le cahier des charges n’intègrera pas cette obligation, précise Maxime Toubart. Nous avons une obligation de faire des progrès et de tendre vers le zéro herbicide. Nous n’abandonnons pas cet objectif et nous restons ambitieux sur ce sujet. Mais nous avons bien vu en 2021 que l’absence d’herbicide n’est pas une bonne idée partout. Faire huit passages pour le travail du sol, est-ce que cela a un sens ? ».

 

Création d’une commission "Protection des Terroirs"

Cette commission a pour but de travailler à la préservation des paysages de l’appellation, en coordination avec la Mission Unesco. Les projets d’implantation d’éoliennes à proximité des vignes sont en ligne de mire. « Nous sommes favorables au développement des énergies renouvelables, détaille Maxime Toubart. Mais cela ne peut pas se faire sans concertation systématique avec les vignerons. Nous avons pour objectif d’enclencher un vrai dialogue pour ne pas être pris en otage ».

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé