Accueil / Viticulture / Le salon Sival en 5 surprises technique pour les vignerons

Matériel et appros
Le salon Sival en 5 surprises technique pour les vignerons

Les prototypes et intrants en devenir fleurissent au salon d'Angers. Enrichissement et travail du sol, alerte gel, nouvel enjambeur et matériel électrique sont au programme de cette 35ème édition.
Par Vincent Gobert Le 17 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le salon Sival en 5 surprises technique pour les vignerons
Entre prototypes d'enjambeurs, d'outils de désherbage 2 rangs vigne étroite et de solutions mycorhiziennes, le Sival 2022 tient toutes ses promesses. - crédit photo : Vincent Gobert
I

l tombe le masque et révèle de belles surprises. Le Sival accueille des visiteurs tout sourire du 15 au 17 mars au parc des expositions d'Angers. Deux fois reporté à cause de la crise sanitaire, l'évènement recèle quelques belles surprises.

Prototype d'enjambeur POME 50 par BT2V

"Il tourne dans les vignes et son homologation au travail est en cours", dit fièrement Pierrick Bureau, co-gérant de BT2V, entreprise de La Haye Fouassière (44) conceptrice du prototype d'enjambeur POME 50. "Ce nom signifie Porte-outil motorisé enjambeur de 50 ch. Il est fait pour des vignes plantées entre 1,3 et 1,5 m. L'enjambeur est pensé pour des outils peu lourds, peu gourmands en hydraulique, principalement pour le travail du sol, décrit-il. Cette machine a été concçue dans l'idée de bien voir le travail que l'on réalise. D'où l'architecture en monopoutre centrale. Notre objectif est de proposer un matériel alternatif ou en remplacement des vieux tracteurs dédiés au travail du sol. La transmission est hydrostatique avec poignée cobra pour l'avancement et les commandes des asservissements hydrauliques. Les portes-outils latéraux sont verticaux. Ils sont équipés d'attelages 3 points semi-automatiques".

Des outils animés pourront être utilisés grâce à la pompe auxiliaire qui fournit 50 l/min. Pour assurer l'équilibre des masses, le moteur est à l'arrière tandis que les réservoirs sont à l'avant. L'objectif pour l'entreprise est une commercialisation à moins de 70 000 € HT l'unité.   

 

 

Mycophyto teste des premiers mix "terroirisés"

Mycovigne et Mycognac. Tels sont les premiers cocktails de champignons mycorhiziens élaborés et testés pour les vignobles respectifs du Var et de Cognac. "Notre idée est de proposer un produit adapté au terroir visé, expliquent Christine Vautrin, chargé de projets agricoles production mycorhizes et Jean-Nicolas Detourbet, responsable projet. Notre approche s'inscrit dans une logique agro-écologique. L'objectif est d'enrichir la symbiose mycorhizienne pour que les racines prospectent plus dans le sol, pour optimiser la nutrition minérale et hydrique, la bioprotection et la résistance aux stress abiotiques. Nous étudions le sol et le climat pour proposer des champignons mycorhiziens à arbuscules adaptés. "

Ce spin-off de l'INRAE espère commercialiser des solutions liquides et poudreuses pour 2025.

Symbiose entre racines de vigne et mycorhizes. Crédit Mycophyto

 

Alerte gel d'Agralis

Le fournisseur de capteurs et de solutions agro-météo Agralis lance pour sa station météo Aquafox un nouveau service d'alterte au risque de gel. Il combine pour cela les données de  température et d'humidité de l'air. Une température humide est ainsi élaborée qui sert de référence pour le déclenchement d'alertes à des seuils définis par l'utilisateur. La température humide est calculée toutes les 10 min. 

 

Manutention électrique avec le Merlo E-worker

Dévoilés lors de l'Eima 2019, les charriots téléscopiques électriques du constructeur italien Merlo débarquent à Angers pour être officiellement commercialisés en France. Affichant une autonomie de 8h, ces engins de manutention compacts seront les bienvenus dans la logistique et les grands chais et caves coopératives aux besoins de levage atteignant 5 m et 2,5 t de capacités. L'amortisseur de flèche est intégré d'office. Une nacelle est également proposée pour l'entretien des bâtiments. L'E-worker se charge en 8 à 10 heures en fonction de la technique choisie - 220 ou 380 V. Il est homologué pour la route et atteint les 25 km/h. 

 

Lomasol agrandit la famille de la Forge Boisnier

Enfin, l'Emisol de la Forge Boisnier en version vigne semi-étroite dévoile son petit nom : Lomasol. Ce dérivé de l'Emisol conserve toutes les caractéristiques de son grand frère, pour les vignes plantées entre 1,7 et 2,5 m. "Nous en fabriquons 5 exemplaires en plus de celui qui est sur le stand du Sival, détaille Adrien Boisnier. Nous avons gagné quelques centimètres entre chacun des 4 porte-outils sur les cellules enjambeuses et les interceps, de manière à obtenir un équipement plus compact. Autre ajustement, pour le moment nous ne proposons pas de relevage arrière. Près de 30 ha ont déjà été désherbés avec ce prototype. Maintenant on attend l'homologation routière. Elle devrait arriver cette semaine". 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé