Accueil / Gens du vin / Sanctionné par Bruxelles, Alexander Pumpyansky se désengage du vignoble

Jura et Languedoc
Sanctionné par Bruxelles, Alexander Pumpyansky se désengage du vignoble

Apparaissant sur la liste des oligarques russes ciblés par Bruxelles, l’homme d’affaires met en place la cession de ces domaines dans le Jura et le Languedoc.
Par Alexandre Abellan Le 16 mars 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Sanctionné par Bruxelles, Alexander Pumpyansky se désengage du vignoble
Le Prieuré de Saint Jean de Bébian est basé à Pézenas. - crédit photo : DR
S

i l’invasion de l’Ukraine par la Russie s’enlise, les sanctions européennes s’accélèrent et changent rapidement l’actualité. Ce mardi 8 mars, l'héritier d'un oligarque russe, Alexander Pumpyansky, possédant les domaines Prieuré de Saint-Jean de Bébian (Languedoc) et Jean-François Ganevat (Jura), indiquait à Vitisphere souhaiter poursuivre ses activités en notant que « que personne en Russie ou en Ukraine ne souhaite cette guerre sanglante. C'est une terrible suite d'erreurs qui a malheureusement conduit à un conflit aussi dramatique. Les Ukrainiens et les Russes de mon âge (j'ai 35 ans) sont nés dans le même pays [NDLA : l'URSS, disparue il y a 30 ans] et ont grandi avec la même culture et les mêmes valeurs. Le conflit actuel est une erreur politique et je pense que les gens devraient être unis en réponse à cette agression. »

Ce mercredi 9 mars, l’Union Européenne ajoute Alexander Pumpyansky à la liste des oligarques russes sanctionnés dans leurs déplacements et leurs biens sur l’espace communautaire, en tant que « président du conseil d'administration de PJSC Pipe Metallurgical Company (ou TMK PAO) [et] fils de Dmitry Alexandrovich Pumpyansky, président russe du conseil d'administration de PJSC Pipe Metallurgical Company, un fabricant russe de niveau mondial de tuyaux en acier pour l'industrie pétrolière et gazière ». Pour l’Union Européenne, « Alexander Dmitrievich Pumpyansky* apporte un soutien matériel ou financier au gouvernement de la Fédération de Russie, qui est responsable de l'annexion de la Crimée et de la déstabilisation de l'Ukraine, et tire avantage de ce gouvernement ».

Transmission

D’après les premières informations, Alexander Pumpyansky aurait anticipé la transmission de ses actifs viticoles, qui sont actuellement gérés par un gestionnaire depuis le vendredi 4 mars. « Alexander Pumpyansky a lâché tous ses actifs pour ne pas bloquer les activités » indique à France 3 Benoit Pontenier, le directeur de Saint-Jean de Bebian (depuis le rachat en 2008) et président du domaine Ganevat (depuis son rachat en 2021). Qui ajoute que son ancien propriétaire « est un grand monsieur. Il veut garantir la continuité du travail des domaines et le maintien de la vingtaine d’emplois sur les deux sites » avec un rachat par Benoit Pontenier de la propriété languedocien et un retour à la famille Ganevat pour le domaine jurassien. Interrogé par la Revue du Vin de France, Jean-François Ganevat indique avoir été informé vendredi 11 mars de cette volonté de vente d’Alexander Pumpyansky. Alors que des opérateurs appellent au boycott des vins sous pavillon russe, le vigneron jurassien les jugent « lamentables », et souligne qu’« il ne faut pas faire d’amalgame, entre les bons et les mauvais français, ou les Russes, oligarques ou pas. Je suis vigneron et je ne fais pas de politique... » Mais c’est la géopolitique qui rattrape le vignoble français actuellement.

Contactées, les deux propriétés n’ont pas donné suite aux sollicitations de Vitisphere à date de publication.

 

* : Bruxelles précise qu’« il est également président et membre du conseil d'administration du groupe Sinara. Les deux entreprises soutiennent les autorités de la Fédération de Russie et des entreprises d'État, notamment les chemins de fer russes, Gazprom et Rosneft, et tirent profit d'une coopération avec celles-ci. Il est donc une personne physique liée à un homme d'affaires influent ayant une activité dans des secteurs économiques qui constituent une source substantielle de revenus pour le gouvernement de la Fédération de Russie, qui est responsable de l'annexion de la Crimée et de la déstabilisation de l'Ukraine. »

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé