Accueil / Oenologie / Les débuts des cuves béton double couche

Equipement de chai
Les débuts des cuves béton double couche

SAS1900 arrive sur le marché français avec des cuves béton double couche, solides et lisses, imaginées en Californie. Retour du premier vigneron français équipé.
Par Claire Furet-Gavallet Le 04 janvier 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Les débuts des cuves béton double couche
Antoine Poupard, régissuer du Domaine de la Petite Roche devant sa cuve oeuf en béton Sonoma Cast Stone by SAS 1900 - crédit photo : Domaine de la Petite Roche
L

e hasard a bien fait les choses pour Antoine Poupard. « J’avais besoin d’un plus grand contenant en béton. J’ai regardé ce qu’il se faisait et j’ai eu l’occasion d’acheter le modèle d’exposition de 18 hl de ce nouvel œuf béton », introduit le régisseur du domaine de la Petite Roche, 80 hectares à Lys-Haut-Layon dans le Maine-et-Loire. Et cet œuf, c’est un Sonoma Cast Stone by SAS1900, une entreprise espagnole arrivée sur le marché français fin 2019.

A ce jour, Antoine Poupard est le seul vigneron français équipé d'un contenant de cette marque. « Depuis 6 ans, je travaille davantage avec le béton, pour ma cuvée Origine, un cabernet sauvignon de sélection parcellaire. J’ai déjà 3 œufs de 7, 8 et 11 hl d’un autre fabricant dans lesquelles je l'élève. Cette cuvée a beaucoup de succès. Je souhaitais en faire davantage. Il me fallait un nouvel oeuf », explique-t-il.

Un béton double couche

Particularité de ce contenant : il est en béton double couche, comme de toutes les cuves Sonoma Cast Stone. SAS1900, entreprise spécialisée dans le béton préfabriqué, possède la licence de fabrication de l’Américain Sonoma Cast Stone, créateur de ce béton double couche.

« La première couche, externe de 2-3 cm, est du béton fibré que l’on projette dans un moule. La fibre de verre solidifie le béton et l'empêche de se fissurer lorsqu'il se dilate sous l’effet des changements de température, Et ce béton fibré respire ; sa porosité est inchangée par rapport au béton classique », explique Christin Mellet, commercial France de SAS1900, ajoutant que son entreprise est la seule à proposer ce matériau.

Une deuxième couche de béton, interne celle-ci, est coulée sur la première. « De 7-8 cm d’épaisseur, elle est en béton brut, composée de ciment, d’eau et de sable très fin. Cela permet d’avoir une surface ultra-lisse en contact avec le vin qui se nettoie facilement avec peu d’eau ». Une fois la cuve sèche, le fabricant y intègre des accessoires en inox dans les espaces prévus à cet effet « sans visserie dans le béton, qui le fragiliserait ». Aucun recouvrement de surface n'est nécessaire. Avant d'utiliser ces cuves, il suffit des les affranchir. SAS1900 les garantit 10 ans sans fissures et assure de leur bonne tenue pendant au moins 20 ans.

Alors que ses autres oeufs ne lui servent qu'en élevage, Antoine Poupard vinifie et élève son cabernet dans l’œuf de SAS. « Il possède une porte inox, indispensable pour décuver, des vannes et un robinet dégustateur. Les autres oeufs n'ont aucun de ces équipements », indique-t-il.

Le régisseur a bien remarqué l’intérieur lisse de son œuf. « Il se lave plus facilement que mes autres œufs grâce à la porte et aux vannes. Mais je n’ai pas remarqué que le tartre ou que les autres dépôts s’enlèvent plus facilement. Je l'entretiens comme les autres », remarque-t-il.

Antoine Poupard y a vinifié deux millésimes puis les a élevés durant 6 mois. Il est très satisfait de ces vins. « Je les trouve plus ouverts, avec un fruité expressif mais aussi davantage de gras, ce qui densifie leurs structures » explique-t-il.

Une thermorégulation installée dans le béton

Ce qu'il apprécie particulièrement, c'est « le système de thermorégulation intégré dans l’oeuf, c’est très pratique ! Cette année j'ai effectué la FML dans l'oeuf en chauffant légèrement le circuit. Je n’ai jamais eu un tel confort ». Disponible en option, ce système consiste en un serpentin coulé dans la paroi double couche dans lequel on fait circuler de l'eau chaude ou froide selon le besoin.  

« Les drapeaux ou serpentins sont très pénibles à laver. C’est pourquoi nous avons installé deux tubes fins qui forment un réseau comme une toile d’araignée autour du contenant, dans sa couche interne » indique Christin Mellet.

Autre avantage de l'oeuf aux yeux d'Antoine Poupard : son prix, « similaire à un contenant en béton classique, avec la thermorégulation ». Il ne lui reste plus qu'à attendre de voir comment vieillissent les vins qu'il y a produis pour décider de ses futurs équipements car sa cuvée Origine connait un tel succès qu'il se prépare à racheter des oeufs. 

 

Des cuves de formes variées

En début d’été 2021, SAS1900 a lancé le SuperEgg, un oeuf de 36 hl. « C’est le plus gros du marché » indique Christin Mellet, commercial France. SAS1900 propose également des petites cuves carrées Nubarrel de 9 hl superposables, des cuves carrés et rectangulaires Squarre de 22 et 30 hl, des cuves tronconiques Conical de 31, 36 et 40 hl et des cuves modulables Segment pour les grandes caves. Tous ces contenants sont en béton double couche. « Les ovoïdes sont les plus demandées, surtout les domaines en bio ou biodynamie », remarque Christin Mellet. Concernant les prix, il annonce entre 500 et 1000 € l’hectolitre.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé