Accueil / Viticulture / Le retour du buttage des jeunes vignes

Travail du sol
Le retour du buttage des jeunes vignes

Des vignerons buttent leurs jeunes vignes pour les protéger du froid hivernal. Pour certains, il s'agit d'une première, pour d'autres, d'une habitude retrouvée.
Par Chantal Sarrazin Le 14 décembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Le retour du buttage des jeunes vignes
Depuis plusieurs année déjà, Vincent Rapet s'est remis à butter ses jeunes vignes. Depuis, elles poussent plus régulièrement au printemps. - crédit photo : DR
L

e 10 novembre, le Château Bel Orme Tronquoy de Lalande, à Saint-Seurin-de-Cadourne (33), a butté 4 000 m2 de jeunes cabernets-sauvignons. Une première en 28 ans de métier pour Jean-Philippe Coudoin, directeur technique de cette propriété de 26,50 hectares, classée en AOC Haut-Médoc. « Nous avons planté cette parcelle le 20 juillet, explique-t-il. Conséquence: elle n’a pas aoûté. Et elle a subi des attaques de mildiou. Notre pépiniériste nous a donc conseillé de butter ces jeunes plants pour les protéger du vent et du gel cet hiver. Un voisin qui pratique le buttage est venu nous montrer comment s’y prendre. »

La veille de ce passage, le personnel a griffé la parcelle. « Nous avons effectué un premier passage superficiel pour ameublir le sol, puis un second avec des dents patte d’oie pour ramener de la terre au plus près des pieds de vigne, précise Jean-Philippe Coudoin. Lorsqu’on butte, la terre ne doit pas être compacte. »

Travail sur terrain sec

Pour chausser ses jeunes vignes, le château a utilisé de robustes socs Boisselet de 30 cm de haut qu’il possédait déjà et qu’il a montés sur un porte-outil en poussée sur un enjambeur. « Nous avons travaillé sur un terrain sec, apprécie Jean-Philippe Coudoin. Le tracteur a roulé assez vite, entre 6 et 7 km/h ». À la veille de l’hiver, voilà ces plantes couvertes d’environ 25 cm de terre, au-dessus du point de greffe. Cette butte les protégera jusqu’au printemps après quoi elle sera défaite par deux passages de décavaillonneuse.

En Bourgogne, Vincent Rapet est plus expérimenté que son confrère bordelais. Il butte depuis plusieurs années déjà ses jeunes vignes qui ont de un à trois ans. « Nous avons remis cela au goût du jour car nous travaillons de plus en plus les sols, explique ce vigneron, qui exploite les 20 hectares du Domaine Rapet Père & Fils, à Pernand-Vergelesses (21). Le buttage et le débuttage permettent de bien aérer la terre, d’avoir une terre plus souple au printemps, surtout s’il a gelé l’hiver, car le gel ameublit d’autant plus le sol qu’il est travaillé. »

Cette année, cette opération présente un intérêt supplémentaire. « Après le gel du printemps, les vignes ont repoussé puis le mildiou a fait des dégâts. Les feuilles n’étaient pas belles. Certains bois sont noirs et chétifs. Le buttage va les protéger du froid. »

Les vignes buttées débourrent plus tardivement

Vincent Rapet a lancé ce chantier début décembre, sur 6 500 m2 de jeunes chardonnays et pinots noirs, après le remplacement des pieds morts dans ces jeunes vignes. « Nous recouvrons les plants sur 10 centimètres de hauteur environ, précise-t-il. Nous utilisons d’anciens socs Boisselet qui appartenaient à mon grand-père. Il n’y a aucun risque pour les pieds de vigne, l’outil passant au milieu du rang. »

Ses constats ? Les vignes buttées débourrent plus tardivement car la terre qui les couvre met du temps à se réchauffer. « Ceci nous permet de les tailler un peu plus tard, cette année ce fut en mars », indique le vigneron.

Vincent Rapet débutte au printemps en prenant beaucoup de précautions. « Nous commençons par un griffage léger début mars pour pouvoir tailler la vigne, puis nous faisons un second passage pour préparer le débuttage. Nous débuttons ensuite avec une décavaillonneuse. C’est une opération délicate. La vitesse du tracteur ne dépasse pas 1 km/h. Nous posons des jalons au pied de chaque plant pour pouvoir les repérer afin de ne pas les abîmer. Nous terminons à la pioche pour supprimer les racines qui se sont développées sous la butte. »

Si le printemps est sec, il retarde le décavaillonage pour conserver de l’humidité aux pieds. Vincent Rapet s’aperçoit également que les vignes buttées ont une pousse plus régulière au printemps.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé