Accueil / Viticulture / La viticulture échappe à des horaires restrictifs de traitement

Arrêt pollinisateur
La viticulture échappe à des horaires restrictifs de traitement

L'arrêté relatif à la protection des abeilles encadre l'utilisation des produits phytosanitaires durant la période de floraison restreignant les horaires d'application. La viticulture échappe à ces dispositions.
Par Marion Bazireau Le 22 novembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La viticulture échappe à des horaires restrictifs de traitement
L'Anses évaluera désormais systématiquement les risques pollinisateurs lors de de la délivrance ou du renouvellement de l'autorisation de mise en marché des produits phytosanitaires. - crédit photo : Maison des vins de Cadillac
T

raitements phytos très restreints. L’arrêté du 20 novembre 2021 relatif à "la protection des abeilles et des autres insectes pollinisateurs et à la préservation des services de pollinisation lors de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques" est paru ce dimanche au Journal officiel pour une entrée en vigueur au premier janvier 2022. 

Le texte encadre l’utilisation des insecticides, herbicides et fongicides pendant la période de floraison, « allant de l’ouverture des premières fleurs à la chute des pétales des dernières fleurs ». Les traitements devront être réalisés « dans les deux heures qui précèdent le coucher de soleil et dans les trois heures qui suivent le coucher de soleil ». Selon Agra Presse, la vigne est la seule culture pérenne qui échappe à cette disposition. La culture présente en effet un intérêt mellifère restreint.

Des exceptions sont prévues pour les fongicides, en cas d’activité « exclusivement diurne des bioagresseurs pour assurer une protection efficace de la culture traitée ». Agriculteurs et viticulteurs pourront également traiter hors de la plage horaire si une maladie telle que le mildiou impose une utilisation urgente d’un « traitement dans un délai incompatible avec la période prévue dans l’arrêté »

Evaluation des phytos

L'Anses évaluera désormais systématiquement les risques pollinisateurs lors de de la délivrance ou du renouvellement de l'autorisation de mise en marché des produits phytosanitaires. « Si cette évaluation conclut que l'utilisation entraîne une exposition négligeable des abeilles ou ne provoque pas d'effet inacceptable, aigu ou chronique, sur les abeilles ni d'effet sur la survie et le développement des colonies, l'utilisation du produit sera autorisée sur la culture attractive correspondante lorsqu'elle est en floraison et sur les zones de butinages », toujours dans les deux heures qui précèdent le coucher de soleil et dans les trois heures qui suivent le coucher de soleil.

Ce week-end, les ministères de l’Agriculture et de la Transition Ecologique ont également dévoilé le plan national 2021-2026, soumis à la consultation publique jusqu’à fin juillet dernier.

Il se compose de 6 axes et s’inscrit « dans la continuité des mesures engagées dans le cadre européen, en particulier la stratégie de l’Union européenne en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 visant notamment à enrayer le déclin des pollinisateurs ». 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (1)
VignerondeRions Le 22 novembre 2021 à 23:26:56
Le pr?fet interdit de travailler entre 23 h et 5 h, les abeilles entre 5h30/6h et 20h/20h30 en juin. Entre l'humidit? du matin et le vent en soir?e... Ca va devenir plus simple de gagner au Loto que de trouver un cr?neau pour traiter.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé