Accueil / Commerce/Gestion / Le format de poche du salon Vinomed séduit

Vins du Languedoc
Le format de poche du salon Vinomed séduit

Evènement intimiste avec seulement 75 exposants et un millier de visiteurs, Vinomed semble néanmoins avoir répondu à l'attente des vignerons-exposants qui ont apprécié la qualité des contacts noués sur ces deux jours.
Par Michèle Trévoux Le 27 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le format de poche du salon Vinomed séduit
La qualité des visiteurs l'emporte sur la qualité pour les exposants rencontrés ce 26 octobre. - crédit photo : Michèle Trévoux
A

près avoir été reportée deux fois du fait de la crise sanitaire, la première édition du Salon Vinomed, qui s’est tenue les 25 et 26 octobre au parc des expositions de Montpellier, a accueilli 75 exposants, et 1 129 visiteurs. « Nous sommes très contents d’avoir enfin pu organiser cette première édition. Il y avait une vraie attente des vignerons de retrouver un salon en présentiel après cette crise sanitaire. Et notre orientation vers l’oenotourisme a bien fonctionné. 60 % de nos exposants proposent une offre touristique », commente Olivier Darras, l'organisateur à la tête de Break Events Group.

Un salon à taille humaine

Même si les allées étaient peu fréquentées cet après-midi du mardi 26 septembre, les exposants n’étaient pas mécontents. « C’est un salon à taille humaine. Les visiteurs prennent le temps de déguster et d’échanger. Nous avons eu une quinzaine de contacts ; si tous débouchent sur des commandes, nous aurons rentabilisé notre investissement. Pour une première édition, ce n’est pas si mal », témoigne Fabien Christophe, commercial au Domaine de la Rouviole en Minervois. Responsable commercial au domaine de Soustre à Montady, Sylvain Roche est du même avis : « On espère toujours plus de fréquentation. C’est sûr que ce n’est pas la foule, mais les onze contacts que j’ai enregistrés sont tous qualitatifs et diversifiés. Il faut voir sur la durée si ce salon monte en puissance », estime-t-il.

Séverine Bourrier, du château de l’Ou en Roussillon, a été plutôt agréablement surprise : « je ne m’attendais pas à si bien travailler pour cette première édition. J’ai eu beaucoup de contacts avec le réseau traditionnel de toute la France et quelques agents qui travaillent à l’export. Je pense que le Covid a rebattu les cartes. Les gens n’ont plus envie de salons gigantesques, ils apprécient ce format pocket où ils peuvent prendre le temps d’échanger. Les cavistes ont très peu renouvelé leur offre durant le covid, ils sont avides de nouveautés. J’ai reçu une très belle écoute sur mes grandes cuvées qui les intéressent pour les cadeaux de fin d’année ».

Disparition de Vinisud

Françoise Antech, de la maison Antech à Limou,x est tout aussi enchantée. « Nous avons eu une trentaine de contacts sur les deux jours, essentiellement du secteur traditionnel mais également de l’export. Nous avons également retrouvé une clientèle locale que nous avions perdu suite à la disparition de Vinisud. Et finalement cette date est très intéressante, car elle permet de travailler sur les offres de fin d’année. Qui plus est, c’est un salon qui reste très abordable. Nous y reviendrons », assure-t-elle.

Pour l’édition 2022, la date n’est pas encore fixée, mais il y a de fortes chances qu’elle soit maintenue en octobre : « il y a une vraie unanimité sur cette période », indique Olivier Darras. Il imagine déjà organiser l’accueil d’une délégation d’importateurs qui seraient logés dans les domaines afin de promouvoir l’activité oenotouristique de ses exposants.

 


 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé