Accueil / Viticulture / À Irancy, les vignerons coopèrent et les traitements phytos chutent

Vignoble de Bourgogne
À Irancy, les vignerons coopèrent et les traitements phytos chutent

Dans ce village bourguignon, un groupe 30 000 constitué de 14 viticulteurs a considérablement réduit ses doses moyennes de fongicides et de désherbants, en deux ans seulement. Son secret : une approche volontaire et une coopération étroite.
Par Clément L’Hôte Le 26 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
À Irancy, les vignerons coopèrent et les traitements phytos chutent
Le groupe de vignerons mise sur le croisement collectif des expériences pour améliorer les pratiques individuelles. - crédit photo : Marie-George Stavelot.
O

bjectif dépassé. Le groupe 30 000 d’Irancy, qui regroupe 14 viticulteurs de ce village de l’Yonne, visait lors de sa création, en 2019, la non-utilisation de pesticides classés Cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques (CMR) et la réduction des herbicides. Deux ans plus tard, ces producteurs sont allés plus loin et possèdent les Indices de Fréquence de Traitement (IFT) les plus bas du département. Les chiffres 2020 du groupe font état d’un IFT herbicide moyen de 0,02 (Yonne : 1,53) et de 4,51 hors herbicides (Yonne : 9,5). Le tout sur 325 hectares, dont 120 à Irancy.

Une dynamique rare, mais plutôt logique pour Christophe Ferrari. Le membre fondateur du groupe voit dans le volontariat un pré-requis. « J’ai toujours pensé qu’on pouvait arriver à plein de choses, mais qu’il ne fallait jamais imposer. Ce que je voulais absolument en créant ce groupe, c’était qu’il n’y ait pas de sanction si une pratique était hors cadre. » Quand, au début, certains confrères hésitent à le rejoindre car il leur reste des CMR à écouler, Christophe Ferrari tranche. « Je leur ai dit que ça n’avait aucune importance, que le principal était de réfléchir à comment ne pas les réutiliser par la suite. »

La Chambre d’Agriculture en appui

Une logique bienveillante qui a permis de mettre en place une coopération étroite entre les vignerons. Le groupe se réunit tous les 15 jours dans les vignes pendant la campagne de traitement. « Le simple fait de visiter une parcelle, et de voir les pratiques d’un confrère, ça peut apporter des solutions. On peut se dire, par exemple, qu’on n'a plus besoin de désherber parce que untel a réussi à tel moment. Il y a tellement de solutions possibles qu’une seule exploitation ne peut pas tout expérimenter. Sinon c’est beaucoup trop de temps, d’argent, de matériel. »

Le groupe a bénéficié d’un suivi actif de la part de la Chambre d’Agriculture de l’Yonne, en appui technique permanent. « Ce suivi nous paraissait indispensable au moment de créer le groupe : il était hors de question de faire prendre un risque à une exploitation. Le but est quand même de faire du raisin. On est des chefs d’entreprises, il y a une notion économique à ne pas oublier. Ils ont beaucoup écouté nos attentes.»

Prochain défi : les paysages

Mis en place pour la période 2019-2022, le projet doit s’arrêter d’ici peu. Mais le groupe d’Irancy se projette déjà. « On veut continuer à travailler ensemble. Pour nous, la suite logique, c’est la question des paysages et de la biodiversité. » À nouvel objectif, nouvelle organisation : le groupe d’origine rejoindra une association ouverte aux non-viticulteurs. Un dossier de Groupement d'Intérêt Economique et Environnemental (GIEE) sera déposé.

En attendant, des villages voisins se sont inspirés de la démarche. « On veut montrer que ce qu’on a fait n’est pas compliqué, que c’est donné à tout le monde », promet Christophe Ferrari.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé