Accueil / Commerce/Gestion / "Situation assainie" pour les vins des Costières de Nîmes

Rebond commercial
"Situation assainie" pour les vins des Costières de Nîmes

Après la chute de ses sorties de chai en 2020, l'AOC Costières de Nîmes renoue avec la croissance sur cette dernière campagne, grâce à une reprise dynamique à l'export. Les projets ne manquent : adaptation au changement climatique, nouvelles dénominations et contrôles qualité.
Par Michèle Trévoux Le 15 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
- crédit photo : Michèle Trévoux
L

es Costières de Nîmes espèrent avoir mangé leur pain noir. L’appellation nîmoise a été touchée de plein fouet par la série noire qui a affecté la filière depuis 2019 : taxe Trump, Brexit, Covid, le ralentissement du marché chinois … Les sorties de chai ont accusé un recul de 18 %, chutant de 188 000 hl en 2018/2019 à 154 000 hl la campagne suivante. « Durant la crise sanitaire, nos ventes en GMS ont souffert. Les consommateurs ont privilégié les marques fortes et les appellations à forte notoriété. Nous avons perdu des parts de marché mais sur un segment à faible valorisation », indique Bernard Angelras, président de l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG). Confrontée à ces méventes, la production a fait le gros dos : les déclarations de récolte en net repli (211 000 hl en 2018, 153 000hl en 2020 soit -27 %), conjuguée à la distillation qui a éliminé 65 000 hl du marché ont permis de ramener les stocks à 8,3 mois de commercialisation (110 676 hl). « Les producteurs ont su gérer cette période difficile, ils ont ajusté leur stock. La situation est assainie », poursuit le président.

La campagne 2020-2021 a renoué avec la croissance avec un rebond de 4 % des sorties de chais. Si les ventes continuent leur déclin en GMS sur les 8 premiers mois de 2021 (-18 % pour les rosés, -11,5 % pour les rouges), la reprise est dynamique à l’export avec une progression de 29 % tous pays confondus (USA +32 %, Chine +4 %, Royaume Uni +90 %, Canada +67 %). « Nous sommes dans une dynamique positive, il y a un déplacement de nos ventes sur des marchés mieux valorisés », se réjouit Bernard Angelras.  

Adaptation au dérèglement climatique

Avec une équipe renouvelée, - Bernard Angelras a pris ses fonctions de président en avril 2020 et Aurélie Pujol, la nouvelle directrice vient tout juste d’arriver- l’ODG a établi une ambitieuse feuille de route pour ce mandat. L’adaptation du vignoble au dérèglement climatique est la première priorité avec notamment l’introduction dans le cahier des charges de « variétés à fin d’adaptation » :  cépages anciens et variétés étrangères plus résistants à la sécheresse, cépages résistants aux maladies cryptogamiques (midliou et oïdium). « La réflexion sera menée à l’échelle de l’interprofession des Côtes du Rhône », précise Michel Gassier, co-président de la section Costières de Nîmes à Inter Rhône.

Autre sujet prioritaire, la finalisation du classement de deux dénominations géographiques complémentaires (DGC), Saint-Roman, située au nord dans la partie rhodanienne de l’appellation, et Franquevaux, au sud sur les terres formées par les alluvions de la Durance. « La crise Covid a freiné ce dossier, nous le relançons activement. Nous attendons le rapport de la commission d’enquête pour la fin de l’année ». La protection des terroirs, menacés par la pression urbaine, est un autre combat que l’ODG entend mener de façon plus « punchy ». 

Contrôle sur les vins conditionnés

Autre projet acté par l’ODG : basculer le contrôle qualité d’une obligation de moyens vers une obligation de résultats. « Nous allons mettre en place un contrôle aval sur les vins conditionnés, qui nous semble plus efficace que les contrôles au vignoble dont nous allons diminuer l’intensité. Ce qui importe, c’est la qualité du produit fini », défend Michel Gassier. L’ODG se fixe comme objectif une mise en place de ce contrôle pour la campagne 2022/2023.

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (1)
hartmann Le 16 octobre 2021 à 18:03:08
C'est avec beaucoup d'int?r?t que j'ai lu votre article hier . Grande nostalgie pour moi qui install? ? Londres dans les ann?es 1970 , faisais conna?tre les " Costi?res du Gard "aux anglais . Enorme succ?s en supermarch? avec le Pont du Gard sur l' ?tiquette . Toujours un grand vin , bravo !
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé