LE FIL

Parole de ministre

Le financement de l’assurance récolte va s’ouvrir à "la solidarité nationale"

Jeudi 09 septembre 2021 par Alexandre Abellan

« Le monde agricole porte seul la charge des effets du changement climatique. On va changer ça » indique ce 9 septembre le ministre.
« Le monde agricole porte seul la charge des effets du changement climatique. On va changer ça » indique ce 9 septembre le ministre. - crédit photo : Capture d'écran visioconférence Webex ce 9 septembre
A l’approche de la présentation sur la réforme du système assurantiel, le ministre de l’Agriculture annonce de premières orientations et priorités.

Tombé ce printemps sur le vignoble français, « l’épisode de gel est la plus grande catastrophe agronomique de ce début de XXIème siècle. Vous avez vu les chiffres de la production viticole, […] on voit à quel point l’impact de ce gel a été massif » souligne Julien Denormandie, le ministre de l’agriculture lors d’un point de presse de rentrée ce 9 septembre. « Face à ça, qu’est-ce que l’on peut faire ? Il y a d’abord une grande politique que l’on lance dans le cadre du Varenne de l’eau et du changement climatique, qui est un momentum de dynamique lancé en mai dernier traitant de sujets très concrets : la rénovation de l’assurance récolte » poursuit le ministre.

Prévoyant l’annonce par le gouvernement dans « les prochains jours » d’un « dispositif complétement refondé », Julien Denormandie esquisse deux priorités. « Le nouveau système assurantiel doit reposer sur plusieurs bases. Une base de solidarité nationale : le gros problème de l’assurance agricole est que seuls les agriculteurs financent le risque climatique qui impact l’agriculture, Il faut absolument élargir cela » indique le ministre, évoquant la pratique de surprime sur les contrats d’assurance des logements afin de répondre aux catastrophes naturelles. Julien Denormandie ajoute qu’« on va changer l’ensemble de la structuration du volet agricole pour qu’il soit plus rapide, plus simple et plus attractif ».

France relance

Le Varenne agricole prévoit également un autre volet d’action avec les plans d’adaptation de filières au changement climatique. Prise en exemple, la filière vin a rendu sa copie fin août. Pour appliquer ces pistes, des aides à l’investissement dans la protection et l’adaptation au changement climatique existe dans le plan France relance note le ministre, évoquant un budget monté à 200 millions d’euros. Dont 15 millions € dédiés à la recherche, qui se poursuivra dans le cadre de la plateforme AgriTech. Si les détails ne sont pas encore connus, « l’Agriculture sera l’un des axes forts du plan d’investissements France 2030 » conclut le ministre.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé