Accueil / Commerce/Gestion / Luz Environnement révolutionne le modèle économique de la consigne de bouteille

Recyclage
Luz Environnement révolutionne le modèle économique de la consigne de bouteille

Depuis des années, on ne compte plus les tentatives de développement de la consigne de bouteille en France. Reste que le modèle ne décolle pas. Luz Environnement pense avoir trouver la solution en industrialisant et rationnalisant.
Par Marion Ivaldi Le 19 août 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Luz Environnement révolutionne le modèle économique de la consigne de bouteille
Luz environnement a repensé le modèle économique de la consigne de bouteilles pour leur rendre pérenne. - crédit photo : CC0 Creative Commons
l

« A chaque fois que je poste des nouvelles sur l’avancement de mon projet de réemploi de bouteilles, j’ai des appels de domaines viticoles qui souhaitent faire partie du projet » constate Annie Le Deunff, fondatrice de Luz Energie, une start-up incubée par Bernard Magrez. Même s’il s’est battu contre le consignement obligatoire des bouteilles de vin, le monde viticole apparaît très concerné par le projet de Luz Environnement qui vise à ouvrir une première usine en région bordelaise.

Sélection des gisements de collecte

Mais pourquoi ce projet qui a reçu 700 000 euros de subvention de la part de l’Ademe et de la région Aquitaine, a-t-il plus de chance de se pérenniser que d’autres initiatives de consigne ? La réponse tient en quelque mots : un modèle économique repensé. « Je n’ai rien inventé dans le process. Le problème des initiatives développées ailleurs en France est que le nettoyage se fait de manière artisanale » indique Annie Le Deunff. L’usine sera équipée de machines permettant l’industrialisation du process et garantissant l’innocuité et la sécurité alimentaire des bouteilles lavées. La collecte vise également la massification. « Nous allons collecter dans un rayon de 20 km autour de bordeaux uniquement sur de gros gisements » précise Annie Le Deunff. Ces gisements seront localisés à l’aide de partenaires, principalement les collecteurs de bouteilles et la grande-distribution.

Une décision de collecte optimisée

Pour décider ou non de la collecte, l’entreprise va appuyer sa décision sur un algorythme capable de déterminer l’intérêt de capter un gisement en fonction du coût de collecte, du nombre de bouteilles disponibles et de l’impact environnemental. Il permettra de déterminer ainsi le bénéfice/coût de chaque collecte. « L’idée n’est pas de mettre davantage de camions sur les routes. Certaines fois, même si cela est frustrant, l’intérêt environnemental sera de destiner les bouteilles au recyclage plutôt qu’à notre entreprise » précise Annie Le Deunff.

Concrètement, les consommateurs de bouteilles s’acquitteront de 20 centimes par bouteilles lors de l’achat, somme qui leur sera restituée s’ils rapportent la bouteille. Pour les particuliers, les supermarchés seront évidemment un acteur majeur de la mise en œuvre de l’opération. « Notre entreprise va les accompagner pour animer au mieux la collecte et mettre en pace l’activité logistique. Les points de vente ont intérêt à mettre en place des consignes car c’est une démarche vertueuse qui assure le retour du client en magasin » souligne Annie Le Deunff. L’entreprise collectera des formes bordelaises (dont elle a identifié 46 modèles différents) puis les commercialisera auprès des producteurs à un coût légèrement inférieur au prix du marché. Un logo sera mis à disposition des domaines qui souhaitent communiquer sur la démarche d’achat de bouteilles réemployées. Mais, fait remarquer Annie Le Deunff, « toutes les entreprises ne souhaitent pas communiquer sur la démarche. Certains propriétaires disent choisir des bouteilles lavées davantage par conviction personnelle que par intérêt marketing ».

L'ouverture de la première usine est prévue pour début 2022. "Certains producteurs regrettent que ce soit si long" indique Annie Le Deunff. Et pour les autres régions viticoles ? Qu'elles se rassurent : le modèle est duplicable. Ne reste plus qu'a être patient !

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé