Accueil / Commerce/Gestion / L'Espagne s'attend à une récolte moyenne sur le plan quantitatif

Millésime 2021
L'Espagne s'attend à une récolte moyenne sur le plan quantitatif

Selon les premières estimations des coopératives de Castilla-La Mancha, l'Espagne devrait récolter environ 43 millions d'hectolitres de vins et moûts cette année, dont 25,6 millions pour sa principale région productrice. Des prévisions qui placent la production 2021 dans la moyenne espagnole, mais nettement supérieure à la récolte française.
Par Sharon Nagel Le 23 août 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L'Espagne s'attend à une récolte moyenne sur le plan quantitatif
La filière espagnole veut faire tourner le moulin tant que le vent de pénurie souffle sur la France - crédit photo : DO La Mancha
L

es vendanges ont débuté, comme souvent, dans la région de Montilla-Moriles à la fin du mois de juillet, pour ensuite gagner d’autres régions productrices, comme celle de Castilla-La Mancha pendant la première quinzaine d’août avec les cépages précoces comme le chardonnay et le muscat. En dehors de quelques problèmes de mildiou, la récolte est jugée globalement saine et les volumes sont au rendez-vous, tout en étant en retrait d’environ 10% à ceux de l’an dernier. Une situation qui réjouit les organismes professionnels, qui se disent ouvertement prêts à tirer profit de la baisse significative de production prévue ailleurs, notamment en France. En effet, même si les premières estimations quantitatives n’ont pas encore été publiées en Italie – ce sera chose faite pendant la première quinzaine de septembre – les producteurs italiens s’attendent pour l’instant à une légère diminution d’environ 5 à 10% de la récolte 2021, malgré les épisodes de gel et d’autres aléas cette année. La Coldiretti a estimé récemment que la production pourrait se situer entre 44 et 47 millions d’hectolitres. Du côté de l’Espagne, non seulement les volumes attendus s’inscrivent dans la moyenne, les stocks aussi sont plutôt abondants. A la fin juillet, ils étaient estimés à quelque 37 millions d’hectolitres, dont un peu plus de 11 millions pour la seule Castilla-La Mancha, auxquels s’ajoutent près de 2 millions hl de moûts. Si ces chiffres restent élevés, ils reflètent néanmoins la bonne tenue des exportations (près de 22 Mhl sur un an) et la reprise progressive du marché domestique.

Les viticulteurs demandent une hausse des prix

Dans ce contexte, les syndicats agricoles espagnols montent au créneau pour réclamer des prix au-dessus des coûts de production, ce qui n’est pas toujours le cas, si l’on en croit l’association des jeunes agriculteurs Asaja. Et de citer en exemple, l’omniprésent cépage blanc airen, qui coûte 0,2085 euro au kilogramme à produire en zone irriguée au sein de la DO La Mancha, contre un prix d’achat moyen qui ne dépasserait souvent pas 0,165 euro, toujours selon l’Asaja. Idem pour le tempranillo, dont le coût de production s’élèverait à 0,228 euro, payé 0,21 euro. L’organisation, dont l’estimation de récolte est plus prudente (39-40 Mhl) que celle des coopératives, déplore que l’étude en cours de réalisation sur l’évaluation des coûts de production, étude pilotée par l’interprofession nationale OIVE, n’ait toujours pas été publiée. Laissant entendre que certains intérêts expliqueraient ce retard, l’Asaja Castilla-La Mancha demande que les prix payés aux producteurs ne soient pas 20% en dessous des coûts de production cette année, invoquant le respect de la loi sur la chaîne agroalimentaire, qui interdit la vente à perte dans le secteur agricole.

 

Légère hausse de production au Portugal

D’après les premières prévisions publiées par l’Instituto da Vinha e do Vinho, la récolte portugaise devrait s’inscrire en légère hausse cette année avec un volume total de 6 472 000 hectolitres (+1%/2020). Malgré cette stabilité globale, de grandes disparités apparaissent entre les régions. Ainsi, la zone septentrionale de Minho prévoit une baisse de 15% des volumes cette année (721 mhl), tandis que le Douro-Porto voisin s’attend à une hausse de 20% (1,52 Mhl). Il en est de même dans le sud du pays, où la région de Lisbonne prévoit une chute de 15%, pour passer à 1,07 Mhl, alors que l’Alentejo pourrait voir ses volumes progresser de 5% (1,2 Mhl).

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
voltaire Le 23 août 2021 à 10:40:01
Sachant que l' Espagne exporte la majorité de sa production, il serait intéressant de connaitre les volumes exportés vers la France et leurs prix.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé