LE FIL

Mobilisation européenne

Vladimir Poutine signe "la plus importante usurpation" d’appellation de vins de l’histoire

Mercredi 07 juillet 2021 par Alexandre Abellan

'La Commission européenne est très préoccupée par une loi récente modifiant le cadre législatif relatif aux vins et spiritueux de la Fédération de Russie' indique Bruxelles.
'La Commission européenne est très préoccupée par une loi récente modifiant le cadre législatif relatif aux vins et spiritueux de la Fédération de Russie' indique Bruxelles. - crédit photo : Kremlin
Le président russe donne un droit de préemption des dénominations européennes par des cuvées nationales au détriment de celles importées. Épidermiques, les réactions politiques ne se font pas attendre.

« Кто не рискует, тот не пьёт шампанского » : « il n’y a que ceux qui prennent des risques qui boivent du Champagne » aime à dire le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, citant un dicton populaire. Son coup de force diplomatique peut en témoigner, l’homme fort du Kremlin sait se risquer à pousser le bouchon. Dépossédant les vins de Champagne de leur traduction en cyrillique (Шампанское, à prononcer champanskoïé) pour la réserver aux seuls vins effervescents russes (les champagnes devant s’étiqueter « vins mousseux » en cyrillique), la nouvelle loi qu’il a promulgué sur les boissons alcoolisées suscite un tollé généralisé, du vignoble au quai d’Orsay, sans oublier Bruxelles.

« Le Champagne n’est pas une simple marque mais un terroir et un savoir-faire protégé » alerte dans un communiqué la députée de la majorité Marie-Christine Verdier-Jouclas (Tarn). Au nom du groupe d’études vigne et vin qu’elle co-préside, la parlementaire demande « donc au gouvernement français et à la commission européenne de se saisir de ce sujet qui ne peut en aucun cas être laissé en l’état. Il en va de la conservation de notre vignoble champenois que nous aimons tant ! » Le ministre au commerce extérieur, Franck Riester, réagit fermement : « il n’est pas question de transiger avec la défense des intérêts de nos producteurs de champagne, explicitement mis en cause par la nouvelle loi russe, votée vendredi dernier. Cette législation s’inscrit dans le cadre d’une attitude protectionniste de la part de la Russie dans le secteur viticole et vinicole que nous observons depuis un certain temps. Une fois que nous aurons analysé en profondeur le texte, nous n’hésiterons pas, si le dialogue ne permet pas d'identifier la solution satisfaisante, à engager des poursuites contre la Russie à l’OMC avec nos partenaires européens. »

Usurpation massive

« Bien que l’entièreté du contenu de cette nouvelle législation soit encore en cours d’examen, il semble qu’il s’agisse de la plus importante usurpation de la propriété intellectuelle des boissons européennes organisée par un pays tiers » alertent, dans une lettre à la commission européenne, les eurodéputées de la majorité Irène Tolleret (vice-président de l’intergroupe vin) et Marie-Pierre Vedrenne (vice-présidente du comité sur le commerce international).

« Cette usurpation aura non seulement des conséquences économiques pour les producteurs, mais elle risque également de nuire à la réputation de ces produits » indiquent les parlementaires du Languedoc et de la Bretagne, qui appellent à « une action urgente de l'Union Européenne […] pour faire annuler la décision russe dans les meilleurs délais et, à plus long terme, pour promouvoir la négociation d'un accord de reconnaissance mutuelle qui garantirait la pleine protection des produits alimentaires européens de qualité sur le marché russe ».  

"Nous exprimerons nos objections"

Interrogée par Vitisphere, la Commission européenne indique sa préoccupation : « notre évaluation des effets de cette loi est en cours, mais il est clair que cette loi peut avoir une incidence significative sur les exportations de vin et de spiritueux de l’Union Européenne vers la Fédération de Russie. En particulier, elle ignore de manière flagrante les indications géographiques protégées et les appellations d’origine de l’UE. Nous exprimerons nos objections à tous les niveaux pertinents. La Commission européenne prend également note de l’appel lancé par l’industrie pour stopper les exportations vers la Russie. La Commission européenne évalue si cette loi viole les engagements de la Fédération de Russie envers l’OMC et se réserve le droit de prendre les mesures nécessaires pour y remédier. »

Déstabilisant la filière champenoise, cette loi russe est un cas inédit pour les experts des indications géographiques. « Il n’existe aucun précédent à ma connaissance. C’est un cas unique, car cela rompt vingt ans de négociations internationale, sans que personne ne soit au courant » analyse le juriste bordelais Jean-Baptiste Thial de Bordenave, le directeur du cabinet DLLP Wine. Concluant que « seuls Trump ou Poutine sont capables de ça ! » De quoi inspirer un nouveau dicton russe : « на это способны только Трамп или Путин ».

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
MG Le 12 juillet 2021 à 17:01:41
D' après @Norbert cela n'est pas trop grave sauf que c'est une des missions de l' INAO. Soit vous êtes un troll russe échappé des commentaires du Figaro, soit vous êtes idiot mais "c'est un peu difficile à plaider".
Norbert Le 10 juillet 2021 à 21:34:34
Il faut relativiser. L'AOC "Champagne" demeure bien réservée aux vins français, semble-t-il. Il est un peu excessif de considérer que le terme "shampanskoye" est la transcription en cyrillique de l’appellation "champagne". C'est la désignation d'un autre produit lancé par Staline lui même. A la limite on peut y voir un détournement de notoriété, mais comme les faits remontent aux années trente, c'est un peu difficile à plaider.
Octave Le 08 juillet 2021 à 15:39:54
Qu'en pense notre éminent émigré Gérard "Dipardiou" ? ... apprécie-t-il autant le vin "mousseux" français que le Champagne russe ? ... Le réchauffement climatique n'est pas le seul problème de notre époque, quand on constate qu'un Trump, qu'un Poutine peuvent déstabiliser à eux seuls les relations internationales établies et les échanges commerciaux négociés.
lemestre2020 Le 07 juillet 2021 à 18:00:06
Mais comme la France bafoue toutes les règles et les accords signés en interdisant certains produits Russe suite aux sanctions américaines contre la Russie; La Russie peut sereinement décider à son tour de ne rien respecter et appeler " Champagne" un mousseux bas de gamme. Et même interdire définitivement l'importation de champagne et de vin français . Comme ils l'ont précédemment fait avec le fromage français qui est maintenant fabriqué en Russie. Qui sème le vent récolte la tempête. Ce qui est triste dans cette historie c'est que ce sont les Etats-unis qui imposent des sanctions et ce sont les agriculteurs et viticulteurs français qui payent l'addition.
Stéphane B Le 07 juillet 2021 à 13:10:15
« Кто не рискует, тот не пьёт шампанского » la traduction en français est : "Les cons, ça ose tout ! C'est même à ça qu'on les reconnaît."
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé