LE FIL

Vins de la Vallée du Rhône

Retour à la case redressement judiciaire pour le vracqueur Anagram/Raphaël Michel

Mercredi 09 juin 2021 par Alexandre Abellan

Massif, le site de Piolenc reste un atout de choix dans la corbeille du groupe.
Massif, le site de Piolenc reste un atout de choix dans la corbeille du groupe. - crédit photo : Anagram Wine
Trois ans après la reprise du négociant vinificateur, le groupe Labruyère Développement & Industries retourne devant le tribunal de commerce de Montpellier pour passer la main.

Du renversement de lettres à l’acharnement du sort, le négociant Anagram vient de se place sous la protection du tribunal de commerce de Montpellier pour une période d'observation de trois mois. Le plan de sauvegarde fatal au négociant-vinificateur Raphaël Miche l’est désormais pour son repreneur, Labruyère Développement & Industries (LDI), sa nouvelle procédure de redressement judiciaire s’inscrivant dans le cadre d'une résolution du précédent plan de sauvegarde. Présidé par Sébastien Bouvet-Labruyère depuis la reprise de l’été 2018, le groupe Anagram défend cependant son bilan, alors que l’enjeu est de trouver un nouvel acquéreur à ses trois sites industriels (Piolenc et Visan dans le Vaucluse, Quarante dans l’Hérault).

Indiquant dans un communiqué avoir remboursé les deux tiers « de la dette constituée avant sa reprise, auprès des fournisseurs et producteurs de vin de l’ex-Raphaël Michel », LDI rapporte ne pas être en mesure « d’envisager le rééquilibrage des comptes à court ou moyen-terme ainsi que le paiement du solde du passif issu de Raphaël Michel » à cause du repli commercial lié à la crise sanitaire. Ce décrochage commercial serait aussi accentué par un déficit de réputation, des opérateurs français n’ayant pas passé l’éponge sur les fraudes réalisées par les précédents propriétaires (estimées à 300 000 hectolitres de vins dans les Côtes du Rhône et ayant déstabilisé tout un pan du vignoble rhodanien). Si Raphaël Michel brassait par le passé 400 000 hectolitres de vin, Angram n’aura atteint que 200 000 hl.

"Structure assainie"

Pour garnir sa corbeille de future mariée, Anagram indique avoir 70 000 hectolitres de commandes passées à date. Son stock s’élèverait à une valeur de 11 millions d’euros, comptant quasiment pour une année de chiffre d’affaires (12 millions €). Les candidats à la reprise peuvent se manifester jusqu’au 30 juin prochain auprès de l’administrateur judiciaire, Olivier Fabre. En attendant l’examen du 27 juillet par le tribunal héraultais, Anagram se présente comme « une structure assainie pour poursuivre son plan de marche avec un autre actionnaire ».

Anagram indique régler les salaires de ses 15 employés et poursuivre ses contrats passés. A noter que le partenariat innovant passé avec la cave de Quarante en 2019 n’est plus d’actualité, la coopérative héraultaise étant en redressement judiciaire (après le dépôt de bilan de sa filiale Caveau).

A noter que les six domaines d’Anagram sont placés hors du périmètre de sauvegarde. Soit en IGP Carcassonne le domaine Bonlieu, en Côtes-du-Rhône les domaines de Bellencontre, les Bourdeaux, des terrasses de Saint Pierre et de la Canarde, ainsi qu’en Provence le domaine de Sainte Cécile.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé