Accueil / Viticulture / Des progrès dans la modulation de la fertilisation de la vigne
Des progrès dans la modulation de la fertilisation de la vigne
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Intraparcellaire
Des progrès dans la modulation de la fertilisation de la vigne

Télé ou proxydétection ? RVS et Fruitions Sciences allient les deux pour faire gagner de la précision aux vignerons dans leur plan de fertilisation, au niveau intraparcellaire.
Par Marion Bazireau Le 31 mai 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des progrès dans la modulation de la fertilisation de la vigne
RVS Consultants installe des capteurs GreenSeeker sur les machines des vignerons. - crédit photo : RVS Consultants
6

2 % des vignerons prennent la décision de fertiliser leurs vignes simplement en les observant, d’après le sondage de Fruition Sciences réalisé auprès d’une cinquantaine de participants à un webinaire ce 18 mai. Les autres se basent sur des cartographies réalisées par proxydétection ou télédétection.

Depuis une dizaine d’années, RVS Consultants propose la première technique en prestation. « Nous installons le capteur GreenSeeker sur un quad ou un tracteur et laissons le vigneron partir rogner ou tondre. Les données récoltées à 10 cm de la végétation nous permettent de leur fournir des cartographies de vigueur très précises » explique son fondateur Richard Vanrenterghem.

Mais cette technique ne permet de balayer qu’environ 10 hectares par jour, quand Fruition Sciences peut survoler 3 000 hectares grâce à la flotte de drones et d’avions de son prestataire l’Avion Jaune. « Bien sûr, nous perdons en précision, avec une résolution à 25 cm, qui ne prend pas en compte le plan vertical du feuillage » indique Sébastien Payen, co-fondateur de Fruition.

En juin 2020, dans l’idée de proposer à leurs clients de tirer le meilleur parti de ses techniques de cartographie, les deux entreprises ont fait des mesures 5 domaines de Bordeaux et de Cognac et se sont rapprochés de l’Institut Agro de Montpellier. Ce dernier a comparé leurs indices NDVI, et développé des algorithmes pour améliorer leur taux de corrélation, en corrigeant notamment les biais liés à la position GPS.

Nouvelle prestation

Suite à ces travaux, Fruition et RVS conseillent aux viticulteurs d’alterner la proxy et la télédétection sur une période de 5 à 6 ans pour avoir une bonne visualité de l’hétérogénéité de leur parcellaire et y remédier.

« Les cartes leur indiquent là où il faut ou ne faut pas passer. Elles donnent aussi les surfaces à fertiliser. Aux viticulteurs ensuite de faire faire des analyses de sols ou de pétioles pour savoir pour quel produit opter et combien en apporter » rappelle Richard Vanrenterghem.

Et dans l’idéal, il faudrait aussi qu’ils disposent d’un épandeur capable de faire de la modulation… Pour l’heure, seul 1 % des viticulteurs ouvre ou ferme leur prise de force en fonction de leur géolocalisation.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé