LE FIL

Crise climatique

Les vignerons indépendants demandent le gel des cotisations sociales et des encours bancaires

Lundi 12 avril 2021 par Alexandre Abellan

Appelant à la solidarité nationale face à un « gel jamais vécu », Jean-Marie Fabre compte également sur la mobilisation des assureurs, banquiers, MSA…
Appelant à la solidarité nationale face à un « gel jamais vécu », Jean-Marie Fabre compte également sur la mobilisation des assureurs, banquiers, MSA… - crédit photo : Luc Jennepin (Vignerons Indépendants de France)
Pour tenir le coup d’une perte de récolte qui s’annonce historique, les caves particulières demandent la suspension des charges bancaires et sociales sur l’année qui ne fait que commencer.

2021, année blanche. Face à l’ampleur inédite du gel tardif qui vient de frapper brutalement le vignoble français, la filière vin prépare ses demandes à l’État. Recevant ce lundi 12 avril les filières agricoles touchées par le gel (viticulture, arboriculture, oléiculture…), le ministère de l’Agriculture annonce préparer des aides exceptionnelles. « Il est urgentissime de trouver des outils pour alléger le poids de la charge économique sur les entreprises » estime Jean-Marie Fabre, le président des Vignerons Indépendants de France, qui demande « des exonérations de cotisations sociales et une année blanche sur les remboursements bancaires, automatique et à coût nul ».

Pour le vigneron de Fitou, « il faut libérer de la trésorerie, sinon trop d’entreprises feront faillite ». Déjà mise à mal par la crise covid, l’assise financière du vignoble va être amputée proportionnellement à la perte de récolte. Et en la matière, « il n’y aura pas loin de 30 % de perte globale pour la récolte française » avance Jean-Marie Fabre, qui rapporte que 80 % du vignoble aurait gelé, de 50 à 100 %.

"Coup de grâce"

Ces derniers jours, Jean-Marie Fabre a passé des heures à téléphoner dans le vignoble. Verdict : « tous sont touchés. Il n’y en a pas un qui aille bien. Les seuls qui disent qu’ils ne vont pas mal sont ceux qui sont touchés à -50 % quand leurs voisins sont à -90 %... » Bouleversés psychologiquement par ces gelées historiques, les vignerons ont une vision claire des conséquences économiques de cette catastrophe climatique : « ça pourrait être le coup de grâce » prévient Jean-Marie Fabre.

 


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé