Accueil / Oenologie / Un nouvel équipement de remontage par injection d'air

Pratique
Un nouvel équipement de remontage par injection d'air

Air-Vinif dispose d'un variateur de vitesse et d'une télécommande sans fil. Le système remonte les cuves en 5 minutes en faisant économiser de l'eau et jusqu'à 50% d'électricité.
Par Marion Bazireau Le 01 avril 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Un nouvel équipement de remontage par injection d'air
L'Air-Vinif s'adapte à toutes les cuves de vin, comme aux barriques ou aux amphores. - crédit photo : Clairéo
M

atthieu Planté a développé un nouvel équipement composé d’une canne en inox, d’un variateur de puissance et d’une télécommande sans fil pour piloter le remontage depuis le haut de la cuve, seul, sans avoir à déplacer le système.

Baptisé Air-Vinif, ce nouveau système améliore et remplace le précédent système Clairévin, avec une soufflante reposant sur un socle fixe.

N'importe où dans le chai

L’Air-Vinif dispose également d'une fonction de temporisation. « Et nous avons revu les dimensions du tableau électrique à la baisse afin que les vignerons puissent l’installer facilement n’importe où dans le chai ».

C’est la société Oenotech qui commercialise ce nouveau système, à 4845€ HT. « Cet équipement complète leur offre en répondant au besoin de leurs clients d’une mise en avant du fruit et d’extractions délicates » indique Matthieu Planté.

En plus des gains qualitatifs, Clairéo promet des gains quantitatifs avec « des dizaines voire des centaines d’heures de travail gagnées au chai ». Le processus de remontage passe à 5 minutes, au lieu des 1 à 2 heures nécessaires par cuve et par jour lors d’un remontage traditionnel. « Et nous estimons que l’Air-Vinif permet d’économiser jusqu'à 35% d'eau et 50% d’énergie » conclut Matthieu Planté.

Lorsqu'elle a présenté son Clairévin sur le dernier Vinitech, la société Clairéo a été menacé d'une attaque en justice pour contrefaçon, sur la base d’un brevet dont elle conteste fermement la validité. « Nous avons formé opposition à ce brevet auprès de l'INPI, puisque le caractère inventif de ce brevet déposé en septembre 2020 ne tiendrait qu'à son chariot mobile. Or il apparaît que des systèmes de remontage plus anciens sont équipés de roues afin de pouvoir travailler de cuves en cuves » explique le dirigeant de Clairéo, qui rappelle par ailleurs que le principe de l’injection d’air ou de gaz carbonique repose sur un brevet tombé dans le domaine public depuis 1962.

Ces relations tendues avec l’un de ses concurrents ne sont pas de nature à infléchir sa détermination. « Ces temps difficiles m’ont appris à ne pas me laisser impressionner par des évènements extérieurs incontrôlables » déclare Matthieu Planté.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé