Accueil / Commerce/Gestion / E-commerce direct de vins entre l'UE et les USA, une utopie ?

Four-Thier system
E-commerce direct de vins entre l'UE et les USA, une utopie ?

Voilà un sujet qui tombe à pic. Après la levée des surtaxes douanières pour 4 mois sur les vins et spiritueux européens imposées par les Etats-Unis, une fenêtre commerciale s'ouvre de nouveau pour les vins du vieux continent.
Par Laurie Andrès Le 17 mars 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
E-commerce direct de vins entre l'UE et les USA, une utopie ?
- crédit photo : DR
L

’Institut Georges Chappaz de la vigne et du vin en Champagne en collaboration avec les étudiants du Master 2 en droit du vin et des spiritueux de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, a lancé un webinar intitulé « E-commerce direct des vins entre l’UE et les USA, est-ce possible ? » ce mercredi 10 mars 2021. Si les Etats-Unis restent un marché de choix pour les vins européens - c’est même le premier marché à l’export pour les vins français - , il porte cependant les stigmates de la prohibition et d’une lourde législation.

Avec un système à trois étages (Three-Tier System) qui oblige les producteurs à faire appel au schéma importateur - distributeur - détaillant, la vente directe reste interdite et le e-commerce ne déroge pas à cette règle. Les importations de vins régies par les autorités américaines, au niveau fédéral par la TTB (Alcohol and Tobacco Tax and Trade Bureau) et la FDA (Food and Drug Administration) comme étatique - aux US, 32 états  dits « license states » imposent une régulation de la vente d’alcool par des licences - restent labyrinthiques et peuvent contrarier les producteurs de vins de l’UE.  Peut-on alors croire en un assouplissement avec le boom des ventes en lignes sur le marché américain ?

Vers un « Four-Thier system »  ?

Pas si sûr parce que même si le nouveau locataire de la Maison Blanche, Joe Biden, a témoigné de signes encourageants envers la filière vins et spiritueux de l’UE, notamment en levant les surtaxes douanières pendant 4 mois, reste que le patriotisme démocrate reste sensiblement attaché à l’ « America First » sous l’ère Trump et favorisera toujours le marché intérieur.

Pourtant selon les étudiants du Master 2 en droit du vin et des spiritueux, une possibilité de glisser vers un système favorisant la vente directe « Four-Thier System » n’est pas à écarter si l’on s’en tient aux chiffres de la vente en ligne en 2020 : « On dénombre 2,05 milliards d’acheteurs en ligne en 2020, en 2021, ils seront 2,14 milliards. » Des acheteurs en ligne de plus en plus nombreux, qui, aux US sont essentiellement aspirés par des plateformes dites « pure player » (Vivino, wine.com, AmazonWine) et par la filière « Brick and Mortar » représentée par les grandes surfaces nationales (Walmart, Costco, Safeway)  les cavistes et épiceries régionales (Whole Foods, Mariano’s).

Signe de la démocratisation et de l’accélération de la vente et de la livraison de vins en ligne, le rachat par Uber Eats de la plateforme Drizly, start-up de commandes de bières, vins et spiritueux Outre-Atlantique, pour un montant de 910 millions d’euros, ajoute Alexis Feuilloley, étudiant en Master 2 en droit du vin et spiritueux.

Si effectivement, l’intérêt est croissant pour l’achat de vins en ligne aux US, l’e-commerce - direct shipping pour les vins européens est possible…grâce au recours obligatoire d’intermédiaires.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé