LE FIL

+10 points d’abstinence

Le confinement ne change pas la consommation d’alcool des Français

Lundi 08 février 2021 par Alexandre Abellan

A noter que le vin est la première boisson alcoolique consommée pendant les confinements (par 72 % des enquêtés), devant les bières (51 %) et les spiritueux (27 %).
A noter que le vin est la première boisson alcoolique consommée pendant les confinements (par 72 % des enquêtés), devant les bières (51 %) et les spiritueux (27 %). - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Fermant les bars et restaurants, la crise sanitaire n’a pas fait flamber les consommations de boissons alcoolisées conclut un sondage de l’IFOP pour Vin & Société. De quoi contredire des partis-pris hygiénistes.

« La Covid-19 et la consommation d'alcool agissent de concert. Les conditions dans lesquelles nous entraîne la pandémie favorisent la consommation d'alcool » alerte un article pour le moins hygiéniste du portail Futura Sciences. Un postulat qui est pourtant démenti par le sondage réalisé en ligne de l’Ifop sur la consommation de boissons alcoolisées pendant le confinement et le reconfinement de 2020 en France.

Commanditée par l’association Vin & Société, cette étude a été réalisée du 24 au 27 novembre 2020 auprès de 1 507 personnes majeures et représentatives de la population française (méthode des quotas). 26 % des sondés déclarent ne pas avoir consommé de boissons alcoolisées pendant ces deux confinements, soit « +10% d’abstinents de plus qu’en "temps normal" » souligne un communiqué de Vin & Société.

"Les Français font rimer "confiné" avec "modéré""

L’association ajoute que « nos concitoyens entretiennent une relation mature vis-à-vis de l’alcool. Contrairement aux idées reçues, les Français font rimer "confiné" avec "modéré" ». Globalement, « 76 % des Français estiment que leur consommation d’alcool à domicile est restée stable durant les deux confinements. 16 % d’entre eux affirment l’avoir diminuée [et] 7% reconnaissent avoir bu davantage » indique le sondage.

66 % des répondants indiquent « souhaiter conserver la consommation plus raisonnable d’alcool qu’ils avaient durant le confinement à l’issue de celui-ci ». Ils sont autant à estimer que « la reprise d’une vie sociale normale n’aurait pas pour conséquence une hausse de leur consommation d’alcool ».


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé