LE FIL

Soulagement

Les vins échappent à toute taxe supplémentaire

Vendredi 05 février 2021 par Alexandre Abellan

« Ce travail de prévention que les filières ont engagé depuis longtemps doit continuer à court et à moyen terme en concertation et nous, les parlementaires sommes prêts à nous y associer » indique un communiqué de députés de la majorité.
« Ce travail de prévention que les filières ont engagé depuis longtemps doit continuer à court et à moyen terme en concertation et nous, les parlementaires sommes prêts à nous y associer » indique un communiqué de députés de la majorité. - crédit photo : Dr (la députée Marie-Christine Verdier-Jouclas en séance)
Ayant senti le souffle du boulet, la filière vin se réjouit de l’absence de mesures fiscales dans le plan décennal anticancer. En témoignent ici les parlementaires de la majorité ayant porté le sujet.

Un nuage menaçant se dissipe au-dessus du vignoble français. Présentée ce 4 février 2021 par le président de la République, Emmanuel Macron, la stratégie française 2021-2031 de lutte contre les cancers ne retient pas les propositions de nouvelles taxes sur les boissons alcoolisées de l’Institut National du Cancer (INCA). Pour les prochaines années, pas de prix minimum, ni de révision des droits d’accises. « La prévention plutôt que la sanction : nous remercions donc le Président de ne pas avoir mis de taxes supplémentaires sur le vin, à l’heure où la filière souffre déjà de par les taxes Trump, mais aussi de par la crise sanitaire » salue un communiqué du groupe d’étude vigne et vin de l’Assemblée Nationale*.

« Nous ne connaissons pas un seul vigneron qui ne souhaite pas lutter contre l’alcoolisme et ils sont les premiers à faire de la prévention à ce sujet » ajoutent les parlementaires de la majorité, qui indiquent suivre avec vigilance le « développement des actions proposées, notamment au niveau européen » (voir encadré).

"Travail en concertation avec la filière"

Concernant l’étiquetage de repères de consommation envisagée par le président de la République, « cela peut faire partie des axes de prévention, mais nous, parlementaires, veillerons à ce que ce travail se fasse en concertation avec la filière, en temps et en heure » précise à Vitisphere la députée de la majorité Marie-Christine Verdier-Jouclas (Tarn). « Pour l’instant rappelons que la priorité pour la filière, pour nos vigneronnes et vignerons, reste le maintien des aides d’urgence, une réponse aux taxes américaines et un soutien pour la relance qui, on le sait, sera longue » indique le communiqué parlementaire.

En matière de régulation du marketing de l’offre afin de protéger les jeunes, la co-présidente du groupe parlementaire d’étude vigne et vin indique qu’il lui semble « hors de question de toucher à la loi Evin. Cette loi est trop importante et, en même temps, trop fragile. Si l’on touche à un élément, tout s’écroule. Vous ne trouverez pas un vigneron qui ne soit pas opposé au cancer et l’alcoolisme. Il est possible de protéger les jeunes sans rouvrir la loi Evin. »

 

* : Ses signataires sont Marie-Christine Verdier-Jouclas (députée du Tarn et co-présidente du groupe parleemntaire), Mireille Robert (députée de l’Aude et vice-présidente du groupe d’études), Éric Girardin (député de la Marne et vice-président du groupe d’études), Sophie Mette (députée de Gironde et vice-présidente du groupe d’études), François Cormier-Bouligeon (député du Cher et secrétaire du groupe d’études), Fabienne Colboc (députée d’Indre-et-Loire et secrétaire du groupe d’études), Olivier Damaisin (député du Lot-et-Garonne), Christelle Dubos (députée de Gironde), Françoise Dumas (députée du Gard), Stella Dupont (députée de Maine-et-Loire), Laurence Gayte (députée des Pyrénées-Orientales), Valérie Gomez-Bassac (députée du Var), Véronique Hammerer (députée de Gironde), Danièle Hérin (députée de l’Aude), Sereine Mauborgne (députée du Var), Patricia Miralles (députée de l’Hérault), Alain Perea (député de l’Aude), Véronique Riotton (députée de Haute-Savoie) et Irène Tolleret (députée européenne).

 

Plan européen

Marquant la journée mondiale contre le cancer, la Commission Européenne a présenté un plan communautaire de lutte contre les tumeurs malignes. « Si les vignerons indépendants soutiennent globalement cette initiative, nous ne sommes pas entièrement convaincus pas les moyens suggérés pour lutter contre la consommation abusive d’alcool » indique un communiqué de la Confédération Européenne des Vignerons Indépendants (CEVI), ajoutant que « nous pensons que la prévention et l’information sont les principaux moteurs de la lutte contre l’abus d’alcool ».

Faisant référence à l’étiquetage des valeurs nutritionnelles et des ingrédients, la CEVI indique « continuer à déployer nos efforts pour fournir plus de clarté et des choix éclairés à nos consommateurs. Nous surveillons attentivement les prochaines étapes de mise en œuvre pour l’application de ses actions, afin d’éviter la stigmatisation et les obstacles inutiles à la commercialisation de nos produits. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé