LE FIL

Pulvé, gel, grêle, sécheresse...

Les aides à l'investissement viticole du plan de relance

Mercredi 18 novembre 2020 par Alexandre Abellan

De longs catalogues de matériels aidés seront publiés afin que les viticulteurs puissent cocher les équipements souhaités et réduire les lourdeurs administratives.
De longs catalogues de matériels aidés seront publiés afin que les viticulteurs puissent cocher les équipements souhaités et réduire les lourdeurs administratives. - crédit photo : FranceAgriMer
Des catalogues de matériels viticoles ouvrent en janvier 2021 pour aider les domaines à investir dans des outils de réduction des intrants ou de protection face aux aléas climatiques. Des mesures attendues, qui doivent être renforcées pour les vignerons indépendants

Ce 17 novembre, le conseil d’administration de FranceAgriMer vise la mise en œuvre de 455 millions d’euros du plan de relance du ministère de l’Agriculture (qui s’appuie sur une enveloppe globale de 1,2 milliard €). Pour le vignoble, cela se traduit par l’ouverture de deux guichets de soutien à l’investissement dans de nouveaux matériels à partir du premier janvier 2021.

Doté de 135 millions d’euros pour l’ensemble des filières agricoles, ce premier guichet doit aider à la substitution d’équipements plus sobres en termes de consommation de pesticides. Cette aide concerne l’achat de pulvérisateurs plus efficaces au vignoble (panneaux récupérateurs, etc.), mais aussi d’outils de travail du sol en cas de changement d’itinéraire technique pour réaliser un désherbarge mécanique. Variant selon les matériels, cette aide sera de 20, 30 ou 40 % du prix d’achat, avec des bonifications cumulables (+10 % pour les Jeunes Agriculteurs, +10 % pour les groupements type CUMA). Pour limiter le traitement administratif des demandes, le ministère de l’Agriculture va publier une liste positive de matériels reconnus (à partir d’expertise de terrain et d’échanges avec les filières).

Aléas climatiques

Le deuxième guichet d’aide à l’investissement bénéficie de 70 millions € pour lutter contre les aléas climatiques. Au vignoble, l’achat de tours antigels, de filets paragrêles et d’équipements d’optimisation de l’irrigation contre la sécheresse sera subventionné. Seuls les stockages à l’échelle du domaine étant aidé dans ce dispositif, Jean-Marie Fabre, le président des Vignerons Indépendants, regrette que le financement de retenues plus importantes ne soit pas envisagé pour anticiper les effets de plus en plus conséquents du changement climatique.

Pour l’élu du vignoble, le plan de relance ne doit pas s’arrêter aux aides à l’investissement, mais comporter une compensation ou exonération de deux ans sur l’impôt à la production qu’est la Taxe sur le Foncier Non Bâti, ainsi qu’un soutien aux circuits courts avec une TVA réduite jusqu’en 2022 et un plan de promotion sur les principaux marchés à l’export pour se préparer au rebond commercial.

"Mesures d’investissements, pas fiscales"

Dans ce premier paquet d’aides, « il s’agit de mesures d’investissements, pas de mesures fiscales » élude le ministère de l’Agriculture. A noter l’ouverture d’un guichet doté de 50 millions € pour soutenir les projets de structuration de filière en 2021.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé