LE FIL

En ordre de marche

Les vins du Languedoc tirent un bilan encourageant

Vendredi 25 septembre 2020 par Colette Goinère

Lors de sa conférence de presse de rentrée, Miren de Lorgeril a tracé les grandes lignes des projets interprofessionnels à venir.
Lors de sa conférence de presse de rentrée, Miren de Lorgeril a tracé les grandes lignes des projets interprofessionnels à venir. - crédit photo : CIVL
Le Conseil Interprofessionnel des vins du Languedoc (CIVL) fait le point sur le bilan économique des vins languedociens : vendanges précoces et qualitatives, nette tendance à la reprise sur les trois derniers mois, l’ensemble des appellations étant en progression.

« Les vendanges se sont bien passées partout sur le territoire languedocien. On a ramassé de beaux raisins et dans d’excellentes conditions. La récolte s’annonce prometteuse. Mais je me garde des euphories » a lancé Miren de Lorgeril, présidente du CIVL, qui présentait ce 24 septembre, en visioconférence de presse, le bilan économique des vins AOP du Languedoc et des IGP Sud de France. L’estimation pour le vignoble du Languedoc Roussillon tourne autour de 13 millions d’hectolitres, soit une hausse des volumes de 7 % par rapport à 2019 et une hausse de 6 % par rapport à la moyenne sur cinq ans.

La campagne 2019/2020 est caractérisée par la baisse des sorties de chais (à fin juillet, elle était de -10 % pour les AOC et de -7 % pour les IGP) tout en étant un peu contrebalancée par la distillation de crise (1, 342 million hl). La période de juin-juillet-août, elle,  montre une nette tendance à la reprise (+9 %). L’ensemble des appellations étant en progression notamment pour les terroirs de rouges : La Clape (+11 %), Faugères (+20 %), Minervois (+23 %). Sur les blancs, l’AOP Picpoul de Pinet affiche des résultats positifs, avec une hausse de + 17 % sur la même période. Entre juin et août, les IGP enregistrent de bons résultats, avec une progression de 9 % en sortie de chais, notamment grâce à la bonne santé des blancs (+6 %) et des rosés (+21 %).

Rebond export

A l’export, dès juin, le retour à la croissance était là pour les AOP et IGP avec de bonnes performances aux États-Unis (+33 %), en Allemagne (+50 %), en Belgique (+81 %) et au Royaume-Uni sur les trois couleurs, avec de fortes valorisations pour l’AOP Languedoc : +3 % en volume et +1 1% en valeur. Le succès de l’AOP Picpoul auprès des Britanniques (+40 % en volume, +46 % en valeur) confirme le leadership des blancs du Languedoc sur le marché anglais.

Pour booster les ventes directes en circuit court, le CIVL a lancé en juillet dernier une plateforme digitale baptisée "Les saisons du Languedoc" pour renforcer l’oenotourisme. Sur ce portail, les viticulteurs y proposaient toute une palette d’animations culturelles, gourmandes, insolites (224 escapades recensées). 13 000 pages ont été vues. En novembre prochain, le CIVL va organiser une tournée de promotion en direction des cavistes. Elle se déroulera à Lyon et à Nantes. Une façon de soutenir les professionnels de la restauration. En interne, le CIVL poursuit ses avancées. Olivier Legrand, nouveau délégué général a été nommé. Les équipes ont également été renouvelées avec l’arrivée de Samuel Moulie, responsable du marketing opérationnel pour l’activation des marchés clés, et de Thibaut Santa, en charge de toute la communication, la marque et le digital.

Plateforme de marques et ODG sur le départ

Reste pour l’interprofession  à boucler un chantier stratégique, à savoir  la réflexion autour d’une plateforme de marques et une refonte de toute la communication des AOP du Languedoc et des IGP Sud de France. Le tout devrait être opérationnel en 2021. Des réflexions qui ont amené un revirement de la part du syndicat du Minervois, qui avait fait part de ses intentions de quitter le CIVL. L'Organisme de Défense et de Gestion (ODG) estimait que les actions de promotion et de communication ne correspondaient pas à ses attentes et réclamant une meilleure lisibilité pour les AOC autres que l’AOC Languedoc. La proposition d’une plateforme de marques aurait fait changer d’avis l’ODG du Minervois,  qui du coup a renouvelé son accord auprès du CIVL pour l’année 2021. Pour le syndicat de l’AOC Muscat de Frontignan, la question est réglée : ne produisant ni rosés et ne vendant qu’en France, l’utilité d’une adhésion au CIVL, ne se justifie pas.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé