LE FIL

Gestion du marché

La Champagne choisit un rendement ajustable en fonction du marché

Mardi 18 août 2020 par Aude Lutun

Maxime Toubart (à gauche) et Jean-Marie Barillère (à droite), tous deux co-présidents du Comité Champagne, ont présenté ce 18 août la décision sur les rendements 2020.
Maxime Toubart (à gauche) et Jean-Marie Barillère (à droite), tous deux co-présidents du Comité Champagne, ont présenté ce 18 août la décision sur les rendements 2020. - crédit photo : Aude Lutun
Le vin de Champagne a pris une décision historique et inédite concernant les rendements. Après de longs débats, l'interprofession a choisi de fixer un rendement 2020 qui s'ajuste en fonction du marché.

Le bureau exécutif de l’interprofession champenoise s’est mis d’accord ce 18 août sur une récolte 2020 à 8000 kg/ha de raisins (Ndlr : le rendement 2019 était de 10 200 kg/ha), ce qui correspond à un volume de 230 millions de bouteilles. Ce niveau de rendement peut être considéré comme une victoire par les viticulteurs, les négociants s’étant positionnés pour une récolte plus petite, allant de 6500 kg/ha pour certains à 7000 kg/ha pour d’autres.

Un rendement ajusté au marché

Reste que les modalités de tirage et de paiement de ces 8 000 kg/ha vont limiter l’éventuel enthousiasme du vignoble. En effet, l’interprofession propose un mécanisme inédit pour tenter de s’adapter au mieux à l’incertitude économique actuelle. Les vignerons vont cueillir 8 000 kg/ha et seront assurés d’être payés sur 7 000 kg/ha. En janvier 2021, le bureau exécutif du Comité Champagne se réunira pour statuer sur le niveau définitif de la vendange 2020, au regard des ventes de l’année 2020. Si les ventes sont inférieures à 200 millions de cols, le rendement sera de 7 000 kg/ha. Les 1 000 kg/ha en « excédent » seront une avance sur la récolte 2021.  Si les ventes sont de 215 millions de cols, la récolte pourrait être de 7500 kg/ha et l’avance sur 2021 de 500 kg/ha. Et si, d’aventure, les ventes reprennent des couleurs et dépassent les 230 millions de cols, un déblocage de la réserve individuelle des vignerons sera envisagé.

Le paiement de la récolte sera de 2000 kg/ha les 5 décembre 2020, 5 mars 2021 et 5 juin 2021. Le 5 septembre 2021, le paiement sera de 1000 kg/ha auquel s’ajoutera l’éventuel ajout décidé en janvier 2021. Le solde non payé pourra être escompté.

Pour permettre aux vignerons qui vendent des bouteilles d’alimenter leurs marchés, ces derniers pourront tirer 8 000 kg/ha, sous réserve de ne pas vendre ces vins sur lattes à d’autres opérateurs. Mais si le rendement définitif de 2020 est statué à 7600 kg/ha, ces vignerons qui auront tiré 8000 kg/ha tireront 400 kg/ha de moins sur la récolte 2021. Le principe d’un rendement unique, qui sera exceptionnellement calculé sur la moyenne des vendanges 2020 et 2021, ne peut pas être remis en cause au sein des AOC.

Inquiétude pour les ventes de décembre

La Champagne aborde avec une certaine inquiétude le dernier trimestre, très important pour la filière avec les fêtes de fin d'année. « Avec le caractère festif de notre vin, notre filière est très touchée, commente Jean-Marie Barillère, président de l’Union des Maisons de Champagne et co-président du Comité Champagne. La baisse est pour l’instant de l’ordre de 25 à 30 %. Qu’en sera-t-il fin décembre ? Le marché de proximité se tient bien. Les ventes devraient être correctes en France et en Europe, mais la chute sera drastique dans le grand export. A Paris, il n’y a plus aucun touriste. C’est une catastrophe… ». Le président de l’UMC s’insurge de ne pas avoir eu gain de cause, auprès de la Commission européenne, sur la demande du Comité Champagne de pouvoir encadrer les promotions en grande distribution. Le Comité Champagne s’appuyait sur l’article 222 de l’OCM vitivinicole qui autorise les interprofessions, dans des périodes de graves déséquilibres des marchés, à prendre des mesures contraires au droit européen de la concurrence. « L’Etat met 250 M€ pour distiller et accompagner le stockage des vins, poursuit Jean-Marie Barillère. Mais quand on demande quelque chose qui ne coûte rien, il n’y a personne dans l’avion ! ». Maxime Toubart, président du Syndicat général des Vignerons, a conclu sur une note positive : « la bonne tenue des ventes des vignerons depuis le mois de juin montre qu’il n’y a pas de déconsommation du champagne. La désirabilité du champagne est toujours là. C’est juste que les lieux où il est consommé sont fermés… ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé