LE FIL

Armagnac, Buzet, Lot...

Les viticulteurs frappés par la grêle témoignent

Lundi 17 août 2020 par Marion Bazireau
Article mis à jour le 01/09/2020 11:45:34

En Gascogne, l'orage a couché la vigne et ses piquets.
En Gascogne, l'orage a couché la vigne et ses piquets. - crédit photo : Evelyne Pandele
Après une première nuit mouvementée le 11 août, les orages de grêle qui ont traversé le Sud-Ouest les 12 et 13 ont détruit la récolte de plusieurs viticulteurs. En témoignent leurs tristes clichés.

Dans la nuit du 11 août, une tempête orageuse a traversé la Gironde. Bien que très localisée, la grêle a vendangé les fruits d'une année de travail de quelques vignerons malchanceux.

 

 

 

Ce fut le cas pour les 10 hectares du Château Cajus, qui témoignait sur Facebook le lendemain. « Il n’a fallu que 15 minutes pour détruire notre récolte. Triste journée. A priori très localisée sur notre village de Saint Germain du Puch, la grêle a endommagé pratiquement toute notre récolte. Nous faisons le tour de nos parcelles pour voir ce qu’il est possible de sauver, mais le constat est amer. »

Le lendemain, un nouvel épisode de grêle a de nouveau frappé le sud de l’Entre-Deux-Mers et le Blayais.

 

 

Le Gers, la Haute-Garonne, Buzet, le Lot

 

Cette fois, il a continué son chemin, faisant d’importants dégâts dans le Gers, la Haute-Garonne, à Buzet, et dans le Lot. 

Dans le Bas Armagnac, le président de la Chambre d’agriculture Bernard Malabirade a fait le tour des parcelles sinistrées et partagé ses tristes découvertes sur Twitter. D’après son recensement, 600 hectares auraient été touchés. Les vignerons ont sorti les machines à vendanger pour sauver les raisins qui pouvaient l'être.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Panjas, toujours dans le Gers, Evelyne Pandele a posté cinq photos de rangs de vignes complètement couchés

par la tempête.

                                                                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 3 semaines des vendanges, le vigneron Bertrand Henry a perdu 8 hectares à Saint Elix le Château, en Haute-Garonne. « Image terrible pour nous qui les avons bichonnées pendant plusieurs mois, juste à 3 semaines des vendanges. C’est le risque du métier, mais c’est dur… Les vignes de Lavelanet sont touchées à moindre mesure, nous allons essayer de préserver ce qui est encore debout. On garde le moral » a-t-il rapporté sur Facebook.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Buzet, le vigneron Michel Leyre, dont les vignes avaient déjà été frappées par la grêle le mois dernier, a de nouveau fait les frais des caprices du ciel.

 


                               

L’orage a terminé sa course dans le Lot.

A Castelnau-Montratier, la grêle a détruit 2 hectares de vigne chez Christophe Sahuc. Le lendemain, il prenait les choses avec philosophie.

 

 

La journée la plus touchée par la grêle

D’après l’observatoire Catnat, avec 6000 chutes de grêlons d’au moins 1 cm, la journée du 12 août a été la journée de l’année la plus touchée par la grêle.

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé