LE FIL

Relance économique

La Champagne lance un appel solennel à la baisse des charges

Jeudi 09 juillet 2020 par Aude Lutun

Le président du SVG, Maxime Toubart (à droite) reçoit l'appui du président de la région Grand Est, Jean Rottner (à gauche) dans sa demande à ce que les entreprises viticoles puissent bénéficier d'une exonération totale de charges patronales dès 60 % de pertes de chiffre d'affaires.
Le président du SVG, Maxime Toubart (à droite) reçoit l'appui du président de la région Grand Est, Jean Rottner (à gauche) dans sa demande à ce que les entreprises viticoles puissent bénéficier d'une exonération totale de charges patronales dès 60 % de pertes de chiffre d'affaires. - crédit photo : Aude Lutun
Jean Rottner, le président de la région Grand-Est et Marie-Sophie Lesne, vice-présidente de la région Hauts de France, ont appuyé la demande des vignerons de Champagne de revoir le plan d’accompagnement de la filière viticole.

« Nous appelons le nouveau gouvernement et le parlement à un sursaut, a plaidé le 7 juillet, Maxime Toubart, président du syndicat général des vignerons (SGV). Le 12 mars, la France s’est arrêtée, les frontières se sont fermées et la consommation de champagne s’est arrêtée net. Il est difficile de se projeter sur la fin d’année 2020 mais nous estimons que les pertes seront de 25 à 30 %, soit 1,7 milliard de chiffre d’affaires ». Pour accompagner cette crise brutale et inédite, le SGV demande au gouvernement de revoir son plan de soutien annoncé le 12 juin. Seules les entreprises ayant subi une perte de CA d’au moins 80 % sur la période du 15 mars au 15 mai 2020 pourront bénéficier d’exonération de charges sociales patronales. « Cela exclut la majorité des viticulteurs, souligne Maxime Toubart. Il y a eu des effets d’annonces. La baisse des exonérations sociales, c’est une belle maison, mais il n’y a pas de porte… ». 

Elargir l'assiette des bénéficiaires

Le SGV demande une exonération des charges sociales patronales à hauteur de 100 % au-delà de 60 % de perte de CA entre le 15 mars et le 15 mai 2020, et une exonération de 50 % pour les entreprises enregistrant une perte de CA de moins de 60 %. Le SGV demande aussi l’augmentation des seuils d’exonération de charges lors de l’embauche des saisonniers (TO/DE), à savoir une exonération totale pour une rémunération mensuelle brute inférieure ou égale à 1,4 Smic – contre 1,2 Smic actuellement – et une exonération dégressive pour les rémunérations comprises entre 1,4 et 1,8 Smic (contre 1,6 Smic actuellement).

Pour appuyer son appel, Maxime Toubart était entouré plusieurs personnalités dont Jean Rottner, président de la région Grand Est : « nous lançons un appel solennel au gouvernement. Le champagne est une marque monde nécessaire à notre pays. La demande des viticulteurs n’est pas énorme. Elle est légitime et permettrait de leur apporter un peu d’air… ».

Gestion des volumes

Maxime Toubart a également rappelé qu’il y avait actuellement des négociations avec le négoce sur le niveau de rendement. « En Champagne, on raisonne le niveau de rendement selon la qualité de la vendange mais aussi selon l’économie pour ne pas alourdir les stocks. Nous avons 1,3 milliard de bouteilles en stock, ce qui représente l’équivalent de 10 milliards d’euros. Avec la crise du Covid, nous allons devoir limiter nos rendements. Mais pour pouvoir baisser les rendements, il faut pouvoir baisser nos charges… ».

La conférence de presse s’est tenue à Chigny les Roses (Marne), au Champagne Michel Tixier, adhérent à la fédération des Vignerons Indépendants, qui vient de quitter le SGV. Un symbole d’appel à l’unité du vignoble dans un contexte syndical tendu.

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé