LE FIL

Rosés de l’Anjou

Selon Pierre-Antoine Pinet, “Il faut gérer les volumes”

Vendredi 26 juin 2020 par Patrick Touchais

 Pierre-Antoine Pinet vient d'être élu à la tête des vins rosés d'Anjou.
Pierre-Antoine Pinet vient d'être élu à la tête des vins rosés d'Anjou. - crédit photo : Patrick Touchais
Le jeune président des rosés angevins veut travailler sur l’équilibre de l’offre et de la demande. La couleur couvre la moitié du vignoble d’Anjou-Saumur. Stratégique donc.

C’est à un jeune président que les vignerons angevins viennent de confier la conduite de la plus grosse production de l’Anjou : les rosés. Les deux appellations de rosés demi-secs, Cabernet d’Anjou et Rosé d’Anjou affichent bon an mal an, quelque 400 000 hl, soit la moitié du volume des AOC sur le vignoble.

A 36 ans, Pierre-Antoine Pinet, installé depuis 2007 à Nueil-sur-Layon sur 35 ha, dont 15 destinés aux rosés, avec ses parents et son frère, s’est immédiatement investi dans le syndicalisme des appellations. D’abord dans les rouges, puis dès 2010 dans les rosés où il a intégré le Conseil d’administration avant de prendre la vice-présidence en 2017, en charge des questions techniques.

" Connaître en amont notre potentiel de récolte"

Aujourd’hui, à son nouveau poste, c’est à l’économie qu’il s’attaque. “Le grand enjeu des années à venir, c’est de gérer la disponibilité des volumes” indique Pierre-Antoine Pinet. “On doit connaître en amont notre potentiel de récolte. Nous avons demandé aux vignerons de nous donner leurs intentions de production sur les grosses AOC de volumes de l’Anjou-Saumur. Ça devrait nous aider à fixer au mieux le rendement annuel”.

Alors que les deux appellations se portent plutôt bien, tout le monde a en tête les années 2009-2010, où quelques dizaines de milliers d’hl de trop avaient fait plonger les cours. L’ objectif est bien établi : l’équilibre offre-demande.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé