LE FIL

Millésime 2020

Comment le coronavirus s'invite dans les vendanges du Nouveau Monde

Jeudi 02 avril 2020 par Sharon Nagel

« Nous vivons des moments très durs globalement mais espérons tous que dans quelques temps nous pourrons célébrer l’extinction de ce virus avec un verre du grand millésime 2020 » s’enthousiasme Damien Yvon du Clos Henri Vineyard, ici à Marlborough
« Nous vivons des moments très durs globalement mais espérons tous que dans quelques temps nous pourrons célébrer l’extinction de ce virus avec un verre du grand millésime 2020 » s’enthousiasme Damien Yvon du Clos Henri Vineyard, ici à Marlborough - crédit photo : Clos Henri Vineyard
Touchés plus tardivement que d’autres régions du monde par la propagation du Covid-19, les pays producteurs de l’Hémisphère sud doivent désormais vendanger dans un contexte de confinement imposé par leurs gouvernements respectifs. Certains producteurs témoignent de leur expérience.

La réactivité de mise en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande a été contrainte d’imposer le confinement total au 25 mars, impliquant l’arrêt de toute activité considérée comme non-essentielle. Mais quid des vendanges ? Après un petit moment d’incertitude, et l’intervention des professionnels, le Premier Ministre a autorisé le secteur à rentrer la récolte. « Débuter les vendanges au moment de la mise en place du confinement est loin d’être idéal », reconnaît Damien Yvon, directeur et œnologue du Clos Henri Vineyard, propriété néo-zélandaise de la maison Henri Bourgeois à Sancerre. Néanmoins, il admet : « nous reconnaissons être privilégiés d’avoir le droit de continuer à faire les vendanges sous le régime contrôlé de Business Essential. Les wineries ont été très réactives et proactives, mettant en place des règles de protection sanitaire très drastiques dans les caves et les vignobles ».

Soutenu par l’interprofession New Zealand Winegrowers, qui apporte des conseils sur les mesures à prendre, le secteur va donc pouvoir récolter ses précieux sauvignons et autres pinots noirs : « Les vendanges 2020 seront un moment gravé dans l’histoire vitivinicole néo-zélandaise », poursuit Damien Yvon, qui évoque non seulement le contexte sanitaire, mais également la qualité de la récolte. « Ce millésime 2020 s’annonce grand ! Après une saison estivale très sèche mais pas très chaude, nous observons des maturités qui tardent dans l’automne. Cette maturation lente présage de l’élaboration de vins d’une grande élégance. Un certain nombre de wineries parmi les plus grandes s’empressent à récolter, mais nous observons sur notre domaine cette année que la patience est de rigueur pour assurer une maturité phénolique et aromatique aboutie ».

 

Des protocoles stricts au Chili

De l’autre côté du Pacifique, au Chili, les mêmes règles de confinement s’imposent. Mais pour Benoît Fitte, directeur technique de la société Survalles, l’un des principaux exportateurs chiliens de vins, les conditions climatiques précédant les vendanges ont permis d’aborder le millésime dans de bonnes conditions. « Les vendanges 2020 sont les plus précoces de l’histoire, avec deux semaines d’avance sur les blancs et près d’un mois pour les rouges ! Bref, nous allons terminer la première semaine d’avril….un record !!! Ceci est dû á l’adéquation parfaite entre de petits rendements (gel de printemps et manque d’eau) et un été présentant des températures maximales record. Mais une qualité au top… donc surement 20 % de récolte en moins par rapport à la normale, mais avec de superbes vins ! »

Le confinement a débuté à la mi-mars au Chili : « Mais l’Etat nous laisse poursuivre notre transformation, à condition de prendre toutes les mesures préventives pour éviter les contaminations. Donc forcément nous nous sommes préparés et sommes très stricts sur ce point. Ce qui nous permet de continuer à vinifier, préparer les vins, les embouteiller et les exporter… » Si des difficultés pour trouver de la main d’œuvre ont été pointées dans certains pays de l’Hémisphère sud, ce n’est pas le cas chez Survalles. « Nous n’avons pas eu, et nous n’avons pas, de problèmes de main d’œuvre vu que les cas de coronavirus (et les confinements les plus drastiques) sont concentrés dans la ville de Santiago. Donc loin des vignobles… »

 

Les vignerons australiens travaillent 24 heures sur 24

Le gouvernement australien s’est montré tout aussi compréhensif à l’égard des producteurs de vins, ce qui paraît logique étant donné le poids économique du secteur, quel que soit le pays concerné. « Nous comprenons les ramifications potentiellement dévastatrices du Covid-19 sur la santé et le bien-être des Australiens », a déclaré Tony Battaglene, le directeur de l’organisme professionnel Australian Grape & Wine. « Mais les 4 à 6 semaines à venir représentent une période critique pour les entreprises vitivinicoles en Australie ». La situation est d’autant plus critique que les incendies de forêt ont non seulement endommagé certains vignobles et caves, elles ont fait fuir les touristes des caveaux et auront des effets sur les vins finis dont l’impact reste encore à déterminer pleinement. « Annuler la récolte 2020 pourrait sonner le glas pour bon nombre – peut-être des centaines - d’entreprises vitivinicoles australiennes. Il est indispensable que ces raisins soient récoltés, vinifiés et mis en cave ». Au 24 mars, il restait encore 30 % de la récolte à rentrer, et les vignerons travaillaient « 24 heures sur 24 pour terminer les vendanges ».

 

Retournement de situation en Afrique du Sud

Enfin, en Afrique du Sud, le scénario est identique. « Le secteur vitivinicole sud-africain a dû faire face à de réels défis, car les derniers raisins mûrs doivent être récoltés et les premières directives imposaient l’arrêt de toute production d'alcool », explique le Dr Carien Coetzee, œnologue conseil et directrice de Basic Wine à Stellenbosch. « L’organisme qui représente le secteur a réussi à négocier avec le gouvernement pour permettre la poursuite de certains processus essentiels. La plupart des caves travaillent avec un personnel de base limité et respectent un protocole sanitaire strict. Mais c’était un énorme soulagement de voir que les récoltes n'ont pas été perdues ».

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé